Les perturbateurs endocriniens les plus dangereux pour notre santé!

Publié le 12 Avril 2017

Le fait d'actualité:

Nous entendons de plus en plus souvent parler des perturbateurs endocriniens. Peut-être pas suffisamment compte tenu de l'enjeu sanitaire colossal que cela représente. 

Pourtant ces substances chimiques naturelles ou artificielles étrangères à l’organisme  peuvent considérablement interférer dans  le bon fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets indésirables sur notre organisme à moyen long terme.

Les sources d’exposition principales sont :

L’eau

L’air

L’alimentation

Les produits industriels médicaments, cosmétiques, produits phytosanitaires,….

De nombreuses études montrent des effets très nocifs sur la santé de ces substances selon les degrés d’exposition, la quantité la durée….

Les perturbateurs les plus dangereux seraient susceptibles de favoriser l’apparition de cancers du sein, de l’utérus chez la femme de la prostate et des testicules chez l’homme).

Je vous invite à retrouver dans nos articles du 7 décembre et du 23 février 2016, nos dossiers qui mettent en lumière ces questions sous un angle astrologique.

Notamment sur la qualité de l'eau, de l'air et les produits cosmétiques de notre quotidien les plus nocifs.

Pour compléter, vous trouverez ci-dessous la liste des additifs que l’on retrouve dans les produits transformés de notre alimentation qui porte la lettre E avec un numéro derrière, classés du moins néfaste au plus dangereux pour notre santé.

Les additifs alimentaires sont des ingrédients ajoutés aux aliments afin d'en améliorer les qualités gustatives, l'aspect, ou pour des raisons de conservation.

Cependant certains sont hautement toxiques!

En attendant que la législation française ou européenne les interdisent, il est recommandé de bien lire les étiquettes sur l'emballage avant d'acheter un produit et de savoir à quoi il correspond.
 

 

 

Rédigé par Yanis Voyance Astrologue

Publié dans #Forme & Bien-être

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article