Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Raymond Domenech un passionné d'astrologie à la loupe d'un astrologue

Publié le par Yanis voyance

 

rd.png

Préambule:

Un jour on rit, un jour on pleure!  

Il n'y a pas que des mauvais moments à avoir eu Raymond Domenech comme sélectionneur. Son histoire à la tête de la sélection nationale de football, cela ressemblait beaucoup au poème de Voltaire ou à la chanson enfantine apprise à l'école maternelle " Jean qui rit et Jean qui pleure". Un jour on riait, surtout quand on se souvient de sa marionnette aux guignols de l'info, dont les auteurs avaient comme souvent formidablement bien cerné le personnage. Un autre jour on pleurait, surtout les amoureux du ballon rond qui gardent en mémoire pour très longtemps la cruelle désillusion des bleus avec leur élimination prématurée à l'Euro 2008. Mais surtout encore plus nombreux sont ceux qui se souviennent de leur déroute 2 ans plus tard au Mondial 2010, avec encore une fois une éviction dès le premier tour. Leur bilan sur cette épreuve : un match sérieux mais moribond contre l'Uruguay (0-0), puis deux défaites sévères tout d'abord face au Mexique (0-2), pour ensuite enchainer un pathétique (1-2) face à l'équipe organisatrice de cette phase finale de coupe du monde, l'Afrique du sud . Sans oublier le point d'orgue de la séquence, ce que les éditorialistes ont appelé au choix, le fiasco ou la débâcle de l'équipe de France avec la grève des joueurs. Ces derniers avaient tout le monde s'en souviens refusé de descendre du bus à Knysna en signe de protestation contre le renvoi de Nicolas Anelka. Quelques heures plus tôt l'ancien joueur des « Blues » de Chelsea aurait proféré des insultes à l'égard de celui qui fut depuis 2004 sélectionneur de l'équipe nationale de football. Ces derniers jours l'ancien entraineur après de nombreux mois de silence, a décidé de revenir sur ces moments épineux de sa carrière en livrant sa version des faits dans un livre vérité, intitulé "Tout seul" sorti le 21 novembre dernier en kiosque.  

Le titre de son livre n'a pas été choisi par hasard.

Le titre est assez évocateur, et je crois déceler d'où pourrait provenir son inspiration. Il faudrait à mon avis remonter au mondial 2006, période pendant laquelle les supporters et les joueurs de l'équipe de France doutaient de leur chance dans cette compétition. Et pour cause puisque les matchs de préparation avaient été laborieux. Le tournoi avait tout d'abord commencé par une purge comme on dit dans le jargon footballistique, avec un match nul contre la Suisse, et un autre nul en prime contre la Corée du Sud, avec une égalisation en fin de rencontre. Les joueurs asiatiques brisaient en un instant le bel élan offert par le mythique Thierry Henry dès la 9e minute de jeu. La décision ne s'est faite en fin de compte sur le fil qu'au dernier match. Les bleus avaient livré tout au long de cette 'ultime rencontre des matchs de poule, une partie épique. Avec le recul on pourrait aussi dans ce cas là presque parler d'une mutinerie de la part des joueurs. Ils nous auront cette fois fait l'économie d'une bouderie dans un bus, pour se rendre tambour battant sur le carré vert livrer cette partie d'anthologie. C'est comme ça que tout le monde les préfèrent nos bleus! Il faut dire qu'à l'époque il y avait encore des leaders charismatiques et incontestés dans le vestiaire comme sur le terrain pour insuffler ce supplément d'âme qu'il a manqué en 2010. Tout le monde se souvient de l'infatigable milieu récupérateur Claude Makelele, le génial créateur Zinédine Zidane et surtout Patrick Vieira le gladiateur. Sur ce 3e match couperet, on peut dire que si l'ancien joueur d'Arsenal n'avait pas pu faire la différence en montrant le chemin de la rédemption, d'une tête rageuse et victorieuse en direction du but togolais, on aurait pu chanter comme en 2002 "On est dans l'avion", l'hymne qui avait remplacé "On est les champions" du mondial 98. En un geste, et c'est aussi ça la magie du football, il avait effacé tout les doutes des supporters, et libéré toute l'équipe pour le reste de la compétition. A défaut d'avoir pu soulever cette année là le sacre mondial comme 8 ans plus tôt, ce sursaut d'orgueil aura eu au moins le mérite de permettre à la France entière de rêver jusqu'en finale, et d'entonner à nouveau l'hymne porte bonheur de l'équipe championne du monde 98 "I will survive" de Gloria Gaynor. En 2006 on découvrait toutefois un tout autre air moins disco mais de circonstance. Après réflexion, il prenait cette fois plutôt la forme d'une devise : "On vit ensemble et on meurt ensemble". Un journaliste qui 'interviewait Raymond Domenech juste après avoir obtenu cette qualification pour les 8e de finale, fit allusion à cette maxime, qui prenait tout son sens après cette victoire à l'arrachée. L'ancien coach des bleus, comme a son habitude avait répondu très ironiquement et de manière assez cinglante: "Avant cet épisode j'aurai pu mourir tout seul". On retrouve bien là l'inspiration du titre de son livre. C'est dire si ce vécu et cette solitude viennent de loin.  

Pourquoi était il seul contre tous ou l'homme le plus détesté de France?

Avec la parution de cet ouvrage évènement, on sent que 2 ans après l'épisode douloureux du mondial sud africain, les cicatrices ne sont pas encore complètement refermées. De nombreuses personnes continuent à ne pas apprécier l'ancien coach des bleus. Et ce n'est certainement pas le contenu de l'ouvrage polémique qui l'aideront à mon avis à redorer d'aussitôt son blason. Et cela bien malgré des invitations en plateau dans un esprit plus détendu qu'au moment des faits . N'oublions pas que ce livre est écrit de la main du personnage qui est tenu comme le principal responsable de la déroute des bleus. S'il est vrai que sa responsabilité est forcément engagée, et nous verrons un peu plus bas, les explications de l'engrenage dans lequel Raymond Domenech s'était empêtré. Cette contre performance a pris à mon sens des proportions hors normes qui caractérisent notre époque. La coupe du monde est c'est vrai un évènement planétaire très attendu par tous. L'attente du public sera désormais toujours à la hauteur de ce que la générations 98 avait réalisé de grandiose. Et chaque fois que l'image de la France sera écornée à cause d'un mauvais comportement de l'équipe sur le terrain, ou d'un mauvais choix de l'entraineur, ce sera comme ça, en tout cas tant que l'équipe de France n'aura pas de nouveau brillé au plus haut niveau d'un prochain tournoi international. On a déjà pu faire ce constat cet été pendant la coupe d'Europe des nations, l'équipe de Laurent Blanc a malgré un parcours honorable sportivement parlant pour laquelle la génération Papin-Cantona et même Platini auraient signés de suite. Même une qualification pour les quarts de finale, n’est plus satisfaisante ou point que le « Président » comme on le surnomme dans le milieu, a dû céder sa place à un autre ancien champion du monde, Didier Deschamps. Tout ce remue ménage n'est possible que parce que la moindre erreur est analysée, décortiquée, relayée et amplifiée par des médias omniprésent dans nos vies. Les actualités ont fini par rythmer à chaque instant notre quotidien. Ces dernières années nous avons même vu l'avènement de chaînes d'information en continue, qui par leur caractère répétitif, contribue d'une certaine façon à décupler notre attente pour la rendre encore plus démesurée qu'elle ne devrait l'être. Si vous ajoutez à cela que beaucoup de personnes projettent sur ce type d'évènements leurs espoirs, et vivent par procuration leur succès personnels à travers des résultats sportifs qui ne sont pas toujours au rendez-vous. Pas étonnant qu'après pareil déconvenue, la presse se déchaîne pour désigner un ou des coupables pour ensuite "bruler" ce qu’elles ont adoré sur le bûcher médiatique comme pour expier un péché originel. Raymond Domenech ainsi que d'autres joueurs pour des raisons différentes sont devenus les boucs émissaires presque naturels. Il ne faut pas s'étonner du caractère disproportionné de la rancœur à l'égard de cet homme. C'est comme ci tout à coup, il concentrait à lui seul tous les maux d'une société qui part à la dérive. Il ne s'agit pourtant que d'un "simple" match de football, avec le recul il faut bien prendre conscience que Raymond Domenech n'a commis jusqu'à preuve du contraire aucun crime qui mérite un tel châtiment. Pour revenir au livre sensé l'aider à être réhabilité médiatiquement et sans doute professionnellement, on a encore pu se rendre compte que sont extraits uniquement les passages les plus croustillants, avec certains paragraphes qui habillent c'est vrai pour l'hiver pas mal de joueur encore en activité chez les bleus comme Karim Benzema, Franck Ribéry ou même Yohan Gourcuff. D'autres plus inattendus en prennent également pour leurs grades certe d'une manière un peu plus nuancée, notamment Zidane pour son coup de boule sur Materazzi en 2006. Contrairement à l'idée répandue, Raymond Domenech même s'il répartie les responsabilités de la déroute sur les épaules des joueurs, c'est du reste ce qu'il avait déjà commencé à faire juste avant le tournoi en 2010. Il fait bel et bien son mea culpa aussi.  

L'objectif de cet article.

Pour cet article je n'ai pas eu envie de faire un focus spécifique sur tous ces piques que l'ancien sélectionneur a distillé tout au long de son panflet. Il serait à mon avis bien réducteur de le cantonner au rôle d'un entraineur déchu qui viendrait déverser son flot de rancœur sur ses anciens joueurs. Je souhaite pour ma part dépasser l'aspect purement polémique, et son image télévisuelle pour essayé de découvrir l'homme un peu plus en profondeur. C'est quelque chose qui n'a jusqu'à présent pu être réellement fait, car la déception suscité par la défaite et la tempête médiatique qu'elle avait fait levé, avait tout emporté sur son passage, nous empêchant en fin de compte de faire preuve de discernement quant à la réelle personnalité Raymond Domenech et les raisons de ses insuccès sur le plan sportif . L'astrologie pourrait s'avérer un recours pour confirmer ou infirmer ce qui s'est dit et écrit sur son compte, pour tenter de comprendre les raisons profondes d'un tel naufrage collectif tant sur le plan sportif qu'humain. En outre observer son parcours sous le prisme de l'astrologie prendra ici une dimension encore plus importante que dans nos articles précédents. L'ancien coach des Bleus est en effet un grand passionné des signes zodiacaux.  

Un astrologue en bleu

Pourquoi Raymond Domenech est-il passionné par l'astrologie?  

J’ai appris qu’il se passionnait pour notre art millénaire suite à la diffusion de l'émission "Le droit de savoir", en février 2005, qui faisait un sujet spécial sur le thème Voyance et astrologie, avec une enquête sur l'irrationnel dans les coulisses du pouvoir. Cela ne vous surprendra pas si je vous dis que j'ai trouvé son approche très intéressante lorsqu'il déclarait s'intéresser aux signes du Zodiaque et ascendants des joueurs qu'il sélectionne. Il parait qu'il ne manquait pas une occasion de monter les thèmes astraux de ses joueurs, pour essayé de mieux les cerner et comprendre leur ressorts psychologiques. Même si c'est un critère mineur, cela avait son importance pour Raymond Domenech. J'ai essayé de comprendre les raisons qui pouvaient pousser une personne de sa génération à se passionner pour cette discipline, alors qu'il est issu d'un milieu où ont n'a pas l'habitude de s'y intéresser. En jetant un rapide coup d'œil à sa date, heure et lieu de naissance pour monter à mon tour son thème natal, j’ai vu qu’il était né à Lyon (69) le 24 janvier 1952 à 21h. Il est donc Verseau ascendant Vierge avec Lune/Mercure/Vénus valorisées aux angulaires. Les natifs du Verseau et de manière générale les uraniens, ont la réputation d'être des anti-conformistes, souvent intéressés par les projets originaux qui touchent de près ou de loin à l'humain. L’ascendant en Vierge, et un Mercure (astre de l'intelligence et de la communication) maître de l'ascendant en Capricorne donne en revanche à son caractère une tendance plus conventionnelles, avec une préférence pour des explications plus rationnelles plus conformes à son pragmatisme et son sens du concret. On remarque également que cette même Mercure est reliée à Neptune (inspiration, et intuition). Elle a tendance à entrainer son esprit vers une ouverture beaucoup plus subtile de conscience. Parallèlement à cette influence, on retrouve Pluton l'astre des psychologues, des médium et des enquêteurs qui était positionnée à sa naissance en secteur XII (sens caché et inconscient). Cet ensemble combiné expliquerait son désir d'apprendre à connaître les personnes qui l'entourent en profondeur, et aller au delà des apparences et des masques derrières lesquelles la plupart des êtres humains ont tendance à se retrancher. (N.B: Le mot personnalité vient d'ailleurs du latin personae qui signifie justement masque). Le compromis entre rationnel et irrationnel, anticonformiste et conventionnel, analytique et intuitif pouvait parfaitement trouver son intérêt dans une discipline comme l'astrologie qui fait appelle à toutes ces qualités en même temps. En un mot Raymond Domenech aime avoir la tête dans les étoiles, mais aime garder les pieds bien sur terre. Cette possibilité donné par l'astrologie, vient accessoirement satisfaire son désir de contrôler les situations, avec Mars (affirmation de soi ) dans le signe du Scorpion (pouvoir sur autrui) par la communication ( la maison III secteur dédié à la communication est en Scorpion). Cela lui permet également de rassurer son penchant Vierge par l'ascendant, et Capricorne par la Lune(émotion) des signes réputés plutôt anxieux qui n'aiment pas être pris au dépourvu ,et essayent de tout prévoir jusque dans les moindres détails pour optimiser leurs chance de maîtriser leur environnement social.  

Son goût pour la lecture dans signes célestes a t-il eu un impact sur sa réputation?

Il n'est pas impossible que cette révélation au grand publique ait aussi contribué pour une grande part dans le milieu du football et dans la presse à le discréditer. L'astrologie on le sait est une discipline trop méconnue des gens, et véhicule à mon avis à tord une réputation souvent fantasque, pour ne pas dire sulfureuse. Cette révélation et son intérêt pour l'astrologie, c'était encore plus avec le recul de ses défaites successives de 2008 et 2010 la cerise sur le gâteau pour les journalistes qui gravitent autour de ce sport. Je dirai même que c'était du pain béni pour la presse a scandale qui a selon moi depuis un petit moment déjà fait une OPA sur le journalisme d'information, et d'investigation où les genres se confondent désormais. Le fait que Raymond Domenech soit astrologue c'était une explication toute prête pour fustiger d'avantage les bizarreries du personnage, et venger l'affront des confrères obligés de supporter ses arabesques et autres contre pieds cinglants en conférence de presse. Quel regard aurait on porté sur lui s'il avait pu tirer profit de cette compétence additionnelle, pour mieux sélectionner, et optimiser le rendement de son collectif en raflant toutes les victoires sur son passage? Même s'il est difficile d'extrapoler et répondre à cette question. On peut facilement se douter que sa réussite aurait pu avoir des accents mythiques. Déjà Aimé Jacquet le maître d'œuvre de la victoire des bleus en 1998, fut cette nuit du 12 juillet presque élevé au rang de sainteté. N'a t-on pas à l'époque évoqué avec un brin d'humour l'idée de célébrer dorénavant à cette date la Saint Aimé? Il ne faut pas oublier qu'avant cet instant glorieux, l'ancien sélectionneur de la génération dorée 98 était lui aussi passé chaque jour sur le grill des critiques pas toujours justifiées. La plupart du temps elles tournaient autour d'une communication approximative, avec son accent du terroir rhodanien, on le présentait comme une personne incohérente,manquant d‘énergie et incapable de gérer un groupe. Pour preuve de ce que j'avance, je vous invite à relire les coupures de journaux lors des mois qui précèdent l'entrée dans la compétition de l'équipe nationale. Finalement avec le reportage « Les yeux dans les bleus » diffusé après la victoire, on se rend compte qu’il était bien le patron, sa communication était dynamisante, et efficace. On peut comprendre qu’au moment où Aimé Jacquet brandit le précieux sacre le soir de la victoire, son visage laisse transparaître une expression de bonheur intense entremêlée d’un sentiment légitime de revanche envers les gens qui l'on piétiné avant les premières victoires de sa sélection. Raymond Domenech rêvait c'est certain d'imiter son mentor surtout après la défaite d'un cheveu en final de l'édition 2006. Malheureusement pour lui il n'a pas connu le même succès. S'il y a eu c'est vrai un temps une période d'accalmie avec ce magnifique parcours pendant ce mondial, les critiques qui avaient commencées avant 2006 ce sont poursuivies pour prendre des proportions plus importantes après la coupe d‘Europe 2008. D'ailleurs après la bérézina de Knysna, de nombreuses personnes ont achevé les blessés pour littéralement remettre en cause sa paternité du beau parcours des bleus en 2006, en l'attribuant exclusivement au retour des anciens champions du monde. S'il est indéniable que sans eux la même performance aurait été bien plus compliquée à réaliser. On ne peut lui enlever le rôle majeur qu'il a joué dans leur retour en bleu des joueurs clefs et dans le management du groupe pour atteindre la finale.  

Ses compétences en astrologie lui ont elles permis de prévoir le beau parcours des bleus en 2006?

Je me souviens qu'avant le dernier match de poule contre la Togo, alors que la France toute entière était en plein doute quant à la perspective de se qualifier, ne serait-ce que pour le second tour. Raymond Domenech restait très confiant, et avait même donné rendez-vous à tout le monde pour la finale. Il pensait certainement qu'il avait tout les atouts en main sur terre comme dans le ciel pour faire un résultat sur cette compétition de 2006. Bien sûr qu'avec tout ce qui s'est passé ensuite, et avec le recul sur les évènements que nous avons aujourd'hui, il est permis de douter, et de se dire finalement que cette phrase là n'était qu'une élucubration de plus, et qu'il affichait une pseudo confiance de façade. Pourtant plusieurs éléments peuvent laisser penser qu'il avait jeté un coup d'œil à ses cartes du ciel, et qu'il avait sans doute vu des configurations favorables qui auraient pu sonner comme de grandes probabilités d'une victoire. L'indice le plus probant qui prouve qu'il croyait aux chances de son équipe c'est qu'il avait gardé les réservations pour l'hôtel jusqu'à la date ultime de la compétition le 9 juillet 2006 alors même que les matchs de poule n‘étaient pas finis, et que la qualification était plus qu‘incertaine vu les résultats stériles lors des deux premiers rencontres. Si nous devions dresser la carte du ciel de cette période, et qu'on l'a comparait avec le thème de l'entraineur, et des joueurs clefs. (J'en parlerai très sommairement un peu plus bas). On peut dire qu' il avait l'équivalent d'une belle main au poker. (Ce jeu est une autre de ses grandes passions, il avait même choisit de faire son retour sur la scène publique quelques mois après l'échec cuisant du mondial 2010, en se montrant dans un spot publicitaire plutôt humoristique pour un site de poker en ligne). Les joueurs de poker le savent très bien même si on dispose d’une « bonne main »avec un As/Roi et encore mieux avec une paire d'As on a les plus grandes probabilités de remporter le mise avant le flop. Rien n'est garantie. Il reste une part d'incertitude minime qui peut tout faire basculer dans le mauvais sens. C'est ce qui s'est passé pendant la finale de 2006 contre l'Italie. La carte du Ciel annonçait un beau 80/20, mais la planète Pluton ne l'entendait pas de cette oreille pour finalement battre le jeu de Domenech avec un brêlant de 5 à la river. Pendant la compétition et le soir de la finale ce mastodonte était dissonant au Mars de Zinedine Zidane (la planète du sport), de même que la Lune qui était elle même en conflit ce soir là avec son Soleil. C’est sans doute ces figures astrales qui ont contribué à le faire disjoncter. Domenech. dit d'ailleurs dans son livre avoir pressenti le 'côté obscur' de Zinédine Zidane, avant son coup de tête asséné à l'Italien Marco Materazzi, lors de la finale du Mondial 2006 : "J'ai voulu refaire l'histoire à mon tour. J'ai remonté le temps, cherché mes erreurs, tenté d'analyser le geste de Zidane et d'évaluer ma responsabilité. Quand le doute s'est installé dans mon esprit, tel un poison, j'ai eu beaucoup de mal à le chasser. Le coup de tête de Zidane avait révélé un pan sombre du caractère de ce joueur unique ; une faille, une énigme. Et le pire, dans cette histoire, est que j'avais déjà perçu cette faille". Si je lis entre les lignes, il devait faire allusion au triple aspects dysharmoniques de Pluton avec Soleil/Vénus/Jupiter dans le thème de l'ancien numéro 10 des bleus. Natif du Cancer ascendant Taureau, "el maestro" s'est toujours présenté comme un modèle de gentillesse et d'humilité. Ce qu'il est vraiment la plupart du temps, père de famille, et joueur fantastique il avait aux yeux du grand public une image dorée. Mais sur le terrain et en pleine action, cette timidité laisse place à un redoutable joueur de foot pas seulement capable de dribles déroutants, et des passes magiques pour ses coéquipiers, c'était également un grand compétiteur qui avait une rage de vaincre symbolisé justement par cette fameuse  dissonance de Pluton sur ses planètes valorisées. En effet si l’on peut attribué ce coup de sang de zizou à la dysharmonie simultanée de la Lune et Pluton aux planètes importantes de son thème. Pour obtenir un résultat aussi spectaculaire que dramatique sportivement et humainement parlant, il faut un terrain favorable dès le départ. Celui-ci est symbolisé par la triplette conflictuelle de Pluton cette fois dans son thème à la naissance. Il n'était donc pas à l'abri de ce type de dérapage. Pour preuve, ce n'était pas la première fois qu'il donnait des coups de tête à ses adversaires. Déjà contre l'Arabie saoudite en coupe du monde 1998, cela lui avait valu un match de suspension. Dans un passé encore plus lointain, il lui était déjà arrivé de se faire justice lui même sur le terrain à l'époque où il évoluait à la Juventus de Turin. Ce qu'il faut comprendre c'est que pour atteindre un tel niveau d'excellence, et pour rafler  les titres les plus prestigieux comme l’a fait Zinedine pendant toute sa carrière, un sportif de haut niveau de sa trempe doit obligatoirement posséder une part d'agressivité, une capacité à se sublimer dans les grands rendez-vous. Le stress, la pression intense que vous avez sur vos épaules ne doit pas vous écraser, mais être avec vous pour au contraire terrasser un par un vos adversaires. C’est là le message de Pluton. En définitif ce type de pétage de plomb ne sont pas anormales, tant qu'ils demeurent très exceptionnels. Une bonne éducation permet de canaliser cet excès d‘énergie et de l‘utiliser à bon escient comme l’a souvent fait du reste Zinedine Zidane, qui au-delà du génie footballistique qu’il est ,véhicule de nombreuses valeurs positives. Quand vous combinez des planètes puissantes qui vous taquinent,une pression de tout les instants pour un Zinedine qui jouait le dernier match de sa carrière en bleus, avec un enjeu aussi colossal que de gagner une 2e coupe du monde, et qu'il avait sur le dos  des adversaires  là pour le pousser à la faute, pas étonnant que même avec des valeurs saines intégrés,pas étonnant qu'il ait craqué. La dissonance de Pluton en transit sur un thème portant déjà cette marque à la naissance peut amener un sportif à transgresser les valeurs du sport, et ne plus être l’espace d’un instant un exemple de moralité pour nos jeunes.  

Quel est le niveau de Raymond Domenech en astrologie?

Je ne sais pas quel est le niveau réel de Raymond Domenech en astrologie. En tout cas son approche me paraissait plutôt pertinente dans le sens où il prenait l'astrologie comme un plus en plus de tout les autres critères objectifs et sportifs. Il déclarait à la veille de la coupe du monde 2006 et de la sélection de ses 23 joueurs: " je ne dis pas que cela ne m'influencera pas tout les paramètres vont entrer en ligne de compte, moi j'en ai rajouté un avec l'astrologie, qui est très minime mais vraiment en bout de chaine. Forcément en sachant qu'il était aussi passionné d'astrologie, je me suis demandé pendant tout ses mandats de sélectionneur, et spécialement à chaque grand rendez vous sportif, si j'aurais aligné les mêmes joueurs. En 2008, il aurait dit-on sélectionné exclusivement des Lions, Béliers, Poisson, Cancer mais aucun Scorpion et Balance. Je pense qu’un homme aussi intelligent n’a pas pu se borner à écarter un ou deux signes solaires parce qu‘ils ne seraient pas en affinité avec lui, ou parce que les Balances seraient sensés être trop hésitants et les Scorpions trop rebelles. L’ancien sélectionneur devait pertinemment savoir que le signe solaire seul est un critère bien incomplet pour prendre une décision aussi importante . S’il en était à monter des thèmes au complet, et sans doute à faire des prévisions c’est qu’il a dépassé ce niveau basic. Il s’agit donc à mon avis d’une simple coïncidence si 2 signes étaient absents d’une sélection. Par contre s’il y a bien un natif du Scorpion qu’il n’a pas sélectionné par hasard c’est bien Robert Pirès. Ce joueur pourtant exceptionnel et en pleine possession de ses moyens à l’époque pour jouer au plus haut niveau, avait pris le risque de remettre en cause ouvertement dans la presse ses choix, puis s‘était par la suite ravisé en pensant que cela le rendrait de nouveau sélectionnable. C’était sans compter sur le tempérament rancunier de Raymond Domenech. Son Mars en Scorpion un signe très vindicatif a tendance à mépriser ce genre d’attitude qu’il considère comme une forme de faiblesse chez les gens. Il aurait semble t-il plus de respect pour les personnes qui assument jusqu‘au bout leurs actes et paroles. Je pense donc que sa non sélection n’a rien à voir avec son signe astrologique. Encore que si l’on superposait les 2 cartes du ciel on verrait que Robert Pirès en plus d’avoir son Soleil superposé au Mars natal de Raymond Domenech (relation passionnée mais orageuse), l’ancien joueur d’Arsenal possède un Uranus (haute tension) valorisée angulaire à son ascendant Balance en conflit avec la Lune/Mercure de l’ancien coach. Pour courronner le tout on retrouve une conjonction à ces planètes importantes,  la Lune noire du thème natal de Robert Pirès, cette figure révèle les tabous et zone d’ombre dans les relations . Ici encore l’astrologie vient apporter des éléments de réponses  a une réalité déjà existante.  La sélection de sportifs de niveau équivalents reposent sur de nombreux critères qui vont des plus objectifs (projet de jeu que l’on veut mettre en place, tactique, style, complémentarité, performance, apport dans le groupe…), aux plus subjectifs , (affinité,  style de jeu de l’athlète...). Il en va de même pour la plupart des amateurs de football qui font ou refont les matchs ou les compositions des équipes dans un bar au bout de la rue, ou sur un coin de table de cuisine entourés d’amis. Tout le monde peut en effet avoir son avis, ne dit on pas qu'il y a 60 millions de sélectionneurs en France. Cependant le seul qui ait le dernier mot, le pouvoir et la légitimité dans la décision ultime c‘est bel et bien le sélectionneur . Même si il était entouré d’un staff pour le conseiller dans ses choix, comme l’indique l’intitulé de son livre il était en fin de compte « tout seul » lorsqu‘il fallait les expliquer  face à la presse et aux supporters.  

Explication de sa stratégie de communication et ses choix tactiques.

Au début de son mandat il a fait le choix de protéger son groupe  

Sa Lune symbole de protection en maison IV (famille), est un élément clef de son thème et expliquerait sa propension à être assez paternaliste en tout cas dans les débuts de son mandat de sélectionneur. La presse qui a besoin d'informations pour rédiger ses papiers et faire le lien avec le grand public n'aime pas cette dissimulation et a beaucoup reproché son manque de communication et sa faculté à ne jamais parler football. Pour sa défense Raymond Domenech a dit lors d'un face à face musclé sur ce sujet avec Christophe Dugarry consultant sur canal+. Il y a la communication en interne avec les joueurs, dans le vestiaire, à l'abri des regards qui est bien différente de celle présentée aux médias. Cette méthode n'est pas exclusive à Raymond Domenech bon nombre de sélectionneurs font ce parie de protéger l'équipe, ménager les égos et de tout prendre sur eux en espérant en contrepartie avoir le vestiaire de leurs côtés et optimiser ainsi l' adhésion des joueurs au projet de jeu et aux consignes de l'entraineur.  

Pourquoi des rapports aussi conflictuels avec la presse?

Le piège dans lequel est tombé le sélectionneur c'est qu'il a eu justement tendance à beaucoup surprotéger son groupe, en pariant sur des résultats positifs qui finiraient par donner raison à sa stratégie de communication. Il a donc endossé un rôle d'acteur qui lui sied bien puisque Raymond Domenech est aussi féru de théâtre. L'ancien coach des bleus a même "brulé les planches" en jouant avec la compagnie le Trimaran, avec un penchant pour Tchekhov ou Ionesco. D'ailleurs il disait souvent voir dans les représentations théâtrales une vraie connexion avec le monde du football et son métier d‘entraineur. Il le comparait à celui de metteur en scène, tant pour composer son équipe que dans ses rapports avec les médias. Selon lui et ses propos recueilli sur le site médiapart après l'annonce des 23 sélectionnés avant l'Euro 2008 « La conférence de presse ressemble davantage à une pièce de théâtre ». L'ancien coach des bleus avait à coeur de faire partager ses connaissances et son amour pour l'art et la culture qui lui ont même valu une réputation d'intello du foot avant devenir le bonnet d'âne. Il aurait paraît il même emmené ses jeunes lorsqu'il était le coach de France espoir au théâtre la veille d'un match. Il a fait la visite du musée Picasso avec ses joueurs de l'équipe première lors d’un déplacement à Barcelone. En conférence de presse il faisait donc le show, et mettait tout en oeuvre pour concentrer les critiques sur sa personne, et éviter ainsi que ses joueurs soient atteints. Le moins que l'on puisse dire c'est que ce jeu d'acteur n'a pas du tout plu à la presse. Les journalistes s'accommodent en générale plus ou plus moins d'une certaine arrogance tant que les résultats sont là. Après le bon parcours de 2006, difficile de lui tomber dessus à bras raccourcit. Par contre dès la première déroute de 2008 fini l'état de grâce. Les provocations de Raymond Domenech (Lune/Mercure/Vénus les planètes clefs de son thème en conflit avec Uranus (esprit de contradiction et provocation) et son côté cassant Mercure (communication) carré Saturne, ont fini à la longue non seulement par lasser, mais également faire perdre toute crédibilité et son autorité (Uranus dissonnant à Saturne) à leurs yeux. Il y a eu par la suite un point de non retour qui faisait que quoi qu'il dise, il suscitait réprobation et rancoeur de la part des journalistes. Ces derniers n'ont pas tardé à lui faire payer ses excès. Quand on connait le poids des médias et de la presse dans notre société, il ne faut pas s'étonner que le public déjà mécontent du jeu de l'équipe pas toujours pétillant a fini aussi par abonder dans leur sens, et se forger une opinion très négative du sélectionneur national. D'ailleurs Raymond Domenech ne faisait rien lorsqu'il devait s'exprimer publiquement pour désamorcer les critiques à son encontre, au contraire il en remettait une couche. A sa décharge on ne peut pas dire que sa communication était toujours aisée à comprendre parfois trop compliquée (Mercure mal relié à Saturne). Pourtant, le Verseau est un signe généralement doué pour la communication qui sait même se faire apprécier, charmer et convaincre. Raymond Domenech possède en plus de précieux atouts dans ce sens, avec les planètes Vénus (séduction), Lune (popularité), Mercure (communication) . De surcroît, le lyonnais est aussi formé à la neurolinguistique, une compétence supplémentaire sensée décupler sa capacité à faire passer ses messages, et optimiser ses relations avec les autres. Son mode de communication a connu un temps du succès, sinon il n'aurait pu convaincre les instances dirigeantes de la fédération française de football de l'engager, et faire revenir les retraités Zidane, Thuram et Makelele pour les faire adhérer au projet du mondial 2006. Il faut croire que ces qualités n'ont pas suffit à se faire aimer durablement vu la tournure catastrophique qu'ont pris les évènements ensuite. Au fur et à mesure que la pression et les critiques s'abattaient sur le sélectionneur, il est forcément devenu beaucoup plus anxieux. Un trait de caractère propre à la combinaison Verseau un signe d'air réputé nerveux, et la Vierge cérébrale qui se donne un mal fou pour bien faire en ne laissant rien au hasard, mais qui en contrepartie supporte difficilement d'être critiqué. Si sa Lune en Capricorne lui permet de garder la maîtrise de ses émotions et son sang froid pour ne pas exploser de colère, Mars en conflit avec son Soleil laisse penser que celle ci était latente et en fin de compte contrôlée. Ce qui donnait des colères froides mais bien réelles, témoins ses emportements par exemple lors d'un telefoot où il prend a parti le regretté Thierry Gilardi ancien commentateur et présentateur de la célèbre émission dominicale sur TF1. Sous la glace et les attitudes que certains qualifient d'hautaines, on trouve le volcan Domenech, avec un Mars (affirmation de soi) en ébullition dans les profondeurs du signe secret et impulsif du Scorpion. Ce signe de pouvoir n'apprécie pas qu'on soit trop intrusif dans les questions qui remettent ouvertement son management. De même Raymond Domenech en homme intelligent et cultivé devait trouver parfois que les questions manquaient singulièrement de tacts sur la forme, et de la pertinence sur le fond. Instinctivement l'ancien coach des bleus ne sélectionnait pas que les joueurs, mais également les questions qui lui étaient posées.(Vierge par l'ascendant et Lune/Mercure Capricorne sont les signes les plus sélectifs du Zodiaque ). Dans ces moment là Mercure dissonant à Uranus (révolte)  prenait le relais en véritable détonateur sous l'impulsion de Mars (Dieu de la guerre) en Scorpion (signe belliqueux). il partait au combat avec des joutes verbales parfois contradictoires, mais souvent caustiques et sarcastiques. Cette guerre fratricide contre la presse symbolisée par la maison III (presse) en Scorpion dont le maître planétaire Pluton était en maison XII (épreuves) et sesqui-carré à la Lune (popularité mais aussi la protection du groupe voir l'autre symbolique dans le paragraphe précédent) a eu paradoxalement un effet dévastateur qui a fini par rejaillir sur le groupe et les joueurs qu'il était sensé protéger. Le problème avec les personnes qui possèdent dans leur thème Mars en Scorpion combinées à des influences très dures que nous avons déjà évoqué (Lune/Mercure/Vénus) en opposition à Uranus ?c'est qu'une fois lancée à pleine vitesse comme des bolides, ils deviennent incontrôlables et jusqueboutistes. La planète Uranus traditionnellement rattachée à des valeurs humaines et de liberté trouve ici son message biaisé par cette dissonance pour exprimer à l’arrivée un esprit de contradiction surdéveloppée au point d'en arriver à des aberrations. Par exemple faire jouer des joueurs ailleurs qu'à leur place habituelle en club. Tout ceci pour s'affranchir en fin de compte des suggestions de la presse à opter pour tel ou tel dispositif tactique. Lui devait vivre cela comme des injonctions intérieurement. Au fil des conférences de presse qui s'enchainaient son letmotiv devait être comment communiquer sans donner des informations précieuses à des journalistes dont il n'avait pas confiance et dont il craignait la trahison. (Mars en Scorpion dissimule et Pluton le maître du Scorpion en maison XII redoute les coups bas).D'autres aspects conflictuels de Mercure notamment à Neptune et Saturne sont venus lui faire perdre tout discernement dans ses choix, alourdir le message . Neptune en mauvaise posture à tendance à brouiller les idées et à les rendre nébuleuses. Lorsque les critiques ont laissé place au lynchage médiatique, certains amis qui le connaissent en coulisse sont montés au créneau pour tenter de le défendre, et dire qu'en privé c'est un homme charmant. Lui même a parlé de son rôle de composition.  

Quand le rôle d'acteur se confond avec la personnalité réelle

A force d'avoir brouillé les pistes, entre jeu d'acteur ou caractère authentique on ne sait en fin de compte plus très bien qui est réellement Raymond Domenech. C'est ce qui a pu rendre le personnage publique si énigmatique et aussi exaspérant pour certains. Si nous devions ajouter un complément d'information au portrait que nous avons commencé à brosser tout au long de cet article, je dirai assez succinctement qu'il existe des ambivalences dans son caractère. Nous avons d'une part un penchant sensible,pudique et courtois dans la sphère privée. La Lune et Vénus deux planètes qui nous parle du monde sensible et affectif est logé en maison IV,( secteur lié à la famille, la maison) qui laisse penser que loin des caméras au milieu des siens il est plus détendu. Son intimité c'est en quelque sorte son havre de paix dans lequel il peut se ressourcer, et puiser ses forces dans ses racines, avec un attachement profond aux valeurs familiales et traditionnelles. Ce trait de caractère contraste bien évidemment avec le personnage qu’il peut être dans la sphère publique, et au travail symbolisé par son Milieu du Ciel (MC) dans le signe du Gémeaux. Ce signe est réputé joueur, facétieux avec des aptitudes a jongler avec les idées les concepts, qui recellent aussi de fortes prédispositions à s'adapter aux circonstances avec beaucoup d'habileté. C'est finalement tout ce qu'est Raymond Domenech élévé à la puissance au carré dans la mesure où son signe Verseau classé dans l'élément air tout comme le Gémeaux amplifie  les caractéristiques énnoncées précédement avec un brin d' opportunisme. Uranus (médias et nouvelles technologie) la planète maîtresse du Verseau qui trônait dans son MC expliquerait sa passion pour le jeu d'acteur. (On retrouve beaucoup d'acteurs Gémeaux ou Verseau les signes d'air sont souvent douée pour l'interprétation de rôle dans la vie comme au théâtre ou au cinéma). De même qu’on retrouve de nombreux Verseau qui aiment les médias et maîtrisent mieux que personne la communication télévisuelle. (Nicolas Sarkozy Verseau ascendant Vierge comme Raymond Domenech, Bernard Tapie, Valéry Giscard D’Estaing avait eu un temps d’avance sur son rival pour le premier débat télévisée à la présidentielle en 1974). La particularité de Raymond Domenech c'est qu'il possède un grand sens de l'observation et une acuité intuitive accrue qui lui permet généralement de cerner le profil psychologique de son interlocuteur, et d'apporter une réponse généralement adaptée. (L'analogie avec le signe du Gémeaux c'est sa maison III dans le signe très fin psychologue du Scorpion). Ce signe adore tester les individus les pousser dans leur retranchement, prêcher le faux pour connaître la vérité quitte à aller la chercher au fond d'un puit, ou bousculer les codes et les consciences. Cette influence astrale et son goût pour la psychologie, vient se corroborer avec sa passion pour l'astrologie mais également pour le poker, un jeu qui a besoin de ces qualités pour pouvoir bleuffer, déstabiliser ses adversaires, les mettre sur des fausses pistes, pour les pousser à la faute et remporter la mise. Il faut également pour ce jeu là bien d'autres qualités avoir le goût du challenge représenté par la relation étroite entre Jupiter (chance, argent) dans le signe compétiteur du Bélier et Mars en maison II (argent) en Scorpion un signe de défi capable de gérer ses émotions avec beaucoup de sang froid dans les situations extrêmes. La persévérance, la concentration et surtout être capable de jouer des heures sont d'autres qualités qu'on retrouve dans son thème avec sa Lune (émotion) en Capricorne et Mercure l'astre en lien avec le signe du Gémeaux de son milieu du Ciel.  

Comment ses traits de caractère peuvent s'exprimer dans le milieu du football.

C’était un défenseur rugueux  

Avant de devenir ce coach médiatique à la personnalité très controversée, Raymond Domenech était un joueur de football qui évoluait en défense. Il avait la réputation d'être classé dans la catégorie des "casseurs" lorsqu'il entrait sur le terrain. Les chevilles des attaquants de l'époque s'en souviennent, et plusieurs faits d'armes lui ont collé à la peau pendant longtemps. Pour donner le change à ses détracteurs qui le traitaient même pour certain de boucher, il avait expliqué à l'époque qu'il n'avait pas de don particulier pour le football, mais que pour se faire remarquer et ne pas sombrer dans l'anonymat, il fallait se mettre en scène et raconter une histoire. Il a choisit d' endosser un rôle de méchant lorsqu'il pénétrait sur le terrain de football. Un peu comme Charles Bronson star du cinéma d'action de son époque, il portait la grosse moustache et les sourcils fournies, rien de tel pour intimider ses adversaires, et prendre l'ascendant psychologique sur eux. S'il y a bien une part de mise en scène avec ce penchant artistique et créatif Mars (manière d'agir) conjoint à Neptune (sensibilité), teinté d'un brin d'originalité et de provocation propres aux natifs des Verseau qui ont en effet la réputation de bousculer les codes. Il existe bien une part de violence qui s'était exprimé à l’époque en tant que joueur, mais qu'on retrouve aussi en tant qu'entraineur par un verbe tranchant. En effet, même si on a cru un temps que le Raymond Domenech qui lançait à la radio début des années 90 « Le foot, c’est la guerre!» n'existait plus depuis sa reconversion en coach émérite avec l'équipe de football France espoir, puis devenu expert en communication. Force est de constater que malgré la maturité a subsisté toujours cette partie de lui même qui ne craint par le rapport de force, voir même le recherche.  

Un mode de management à géométrie variable

Au niveau du management de ses joueurs là encore il a pu être assez déstabilisant tant par rapport à ses discours qu’à cause de ses voltes face soudaines et son côté expérimentaliste dans ses choix stratégiques. Sa Lune-Mercure en Capricorne en conflit avec Uranus et Mars en Scorpion sont les influences astrales contradictoires, qui n'ont pas donné de lisibilité pour offrir des certitudes et une environnement confiant aux joueurs. Trop perfectionniste, intransigeant dans le travail. Raymond Domenech n'a pas c'est certain fait toujours les bons choix. Il le reconnaît lui même à de nombreuses reprises dans son ouvrage. Sous pression, Mercure le maître de son ascendant triplement dissonant nous l'avons vu pendant cet exposé, à Saturne, Uranus et Neptune est une combinaison plutôt catastrophique pour des personnes ayant des décisions importantes à prendre au plus haut niveau dans ces conditions. La gestion des égos, et le cas Franck Ribéry n’en est que la parfaite illustration. Il affirme bien qu’il aurait donné les clefs de l'équipe au munichois en regrettant amèrement ce choix. « J‘ai confié les clefs à Ribéry quel con« . Cet aveu montre bien  Raymond Domenech n‘était plus maître de la situation et finalement ballotté dans ses choix tactiques par les caprices des uns et des autres et qu’il n’était donc pas si imperméable que cela aux critiques et aux rapports de forces qui se tissent naturellement dans ce genre de situation. Il était coincé entre les tirs croisés des joueurs les plus emblématiques et  la presse qui militait pour le cas  Franck Ribéry qu'il soit central dans l’équipe. Pourtant un joueur qui avait participé à la périlleuse campagne de 2008 l’avait prévenu sur le caractère du joueur. Il n'a semble t-il pas tenu compte de cet avertissement. De même s’il avait , pris le soin de suivre sa réflexion astrologique et le recouper avec  le comportement du numéro 7 du Bayern de Munich sur le terrain et dans le groupe sa décision aurait pu être bien différente.Si le bavarois est un joueur hors pair il a aussi besoin d’être encadré. Il n'a pas à mon avis le profil du relais sur le terrain de l’entraîneur. Les Béliers sont certes généralement des leaders nés dans la vie comme sur le terrain, mais leur côté égocentrique dans un sport collectif peut être un véritable frein. (C.f mon article sur Franck Ribérry feu de paille ou résurrection en bleu ). S’il a fait ce pari quand même c’est que Raymond Domenech estime les personnes qui possèdent son talent et qui se battent dans la vie, comme il le fit lui-même à l’époque où il était joueur . Avant le talent il aime les joueurs de caractère. On le voit bien quand on lit le passage de son livre où il évoque le cas Yoann Gourcuff, dont il sentait le potentiel pour s‘affirmer comme leader technique au cœur du jeu des bleus malgré ses performances en dent de scie depuis son arrivée à l'Olympique Lyonnais fin août 2010 . Il tente alors de provoquer chez lui un électrochoc pour essayé de le faire réagir . Il dit avoir eu envie «de mettre des gifles avec son air de garçon candide, de pauvre petit malheureux à qui on veut du mal, un meneur c'est un guerrier, pas un suiveur, réveille-toi Yoann». En étudiant sommairement son thème, je ne pense pas en revanche que c’était la bonne méthode pour le redynamiser. L’ancien meneur de jeu des girondins de Bordeaux, chez qui il faisait les beaux jours qu’on a un temps comparé un peu trop rapidement à Zidane, a en commun avec lui cette dextérité technique, ce goût du beau geste, et même le signe Zodiacal Cancer. Il a revanche besoin d’être plus choyé, plus en douceur avec la Lune (vie intime) en Vierge un signe qui manque de confiance. Il se trouve justement que Raymond Domenech     déteste cela peut être parce que justement il retrouvait un trait de caractère chez ce garçon qu’il possède lui-même. Le même contre lequel il s’est toujours battu toute sa vie. (Ascendant Vierge le signe du doute).  

Conclusion:  

La désintégration du groupe est-elle seulement la responsabilité de Raymond Domenech?

L'implosion  de son groupe pendant ce mondial 2010 vient à mon avis de plusieurs facteurs addionnels dont certains ont déjà été passés en revu tout au long de notre exposé, et dû au caractère bien trempé de l'ancien coach. Il n'aurait pas dû s'entêter, et abandonner son idée de prendre sa revanche sur 2006 et 2008 (mars en scorpion). Le fait de s'être accroché à son poste de sélectionneur après 2 échecs consécutifs, et à force de feindre l' indifférence des problèmes inhérents à la gestion de son groupe, tout en continuant dans le même temps à régler ses comptes avec les journalistes  n'a fait que cristaliser les critiques,   fragilisé sa position et son autorité d'entraineur. Des faits de jeu s'en sont ensuite mêlés, le but controversé au match retour décisif contre l'Irlande n'a pas arrangé les choses.Preuve encore une fois que l’indifférence de façade qu’il affichait en restant stoïque face à la critique, s’est fissuré lorsqu’il a cédé à la pression collective en laissant  sur le banc pendant la compétition  un monument comme Thierry Henry recordman des buteurs en bleu avec 51 réalisation. En faisant cela il s'est privé d'un talent pur, qui aurait pu lui être utile de part son expérience pour sortir l'équipe de ce faux pas.D'ailleurs dans le dernier match qui comptait pour du beurre, il a aligné Thierry Henry qui en bon natif du Lion plein de fierté qui aime être au dessus de la mêlée, a mis un point d'honneur à marquer un but et faire un bon match. Mais voilà, toute la profession du football, entraineurs, et journalistes sportifs confondus étaient montés au créneau pour s'indigner contre la manière dont il avait qualifié l'équipe de France. S'il est vrai qu'on aurait préféré que nos bleus se qualifient d'une manière plus flamboyante, et plus fidèle à l'esprit sportif, l'attitude des leaders d'opinion du foot français ont fait plus de mal que de bien à l'équipe. Il faut garder à l'esprit que pendant que nous français crucifions nos idoles pourtant adorés hier. Dans d'autres pays, on  fête en héros des buts marqués de manière illicite. (Exemple Maradona en coupe du Monde 1986 au Mexique contre l'Angleterre "la main de Dieu", et plus près de nous, Luis Suarez qui empêche volontairement par une main le Ghana de marquer le but qui aurait permis au premier pays africain d'accéder à une demie-finale). Combien de fois l'équipe de France dans son histoire a été privée de victoire sur des faits de jeux similaire au but marqué par une faute de main, ou des actions illicites. Les commentaires d'après matchs pendant toutes ces années notamment dans les années 70 à 90, disaient de nos français qu'ils s'étaient fait pour le coup avoir comme des bleus. Que n'a t-on pas entendu, ils manquaient de métier, que nos sportifs n'avaient pasqu'on pas assez la gagne par rapport aux transalpins ou à nos cousins germains  moins scrupuleux de gagner de la sorte. En effet il n'existe toujours pas la vidéo pour assister l'arbitre sur ces faits litigieux. Seul l'homme en noir est maître du jeu. Devant la protestation des irlandais,  il aurait très bien pu  poser la question à Thierry Henry pour savoir s'il avait effectivement touché le ballon de la main ou non. Cela s'est fait récemment dans le championnat allemand. Le 27 septembre dernier Miroslav Klose marque de la main, et a avoué l'avoir fait après que l'arbitre lui ai posé la question. Ce geste de fair play, a été largement salué par ses adversaires, et tout le monde du football. Thierry Henry n'a pas bénéficié de cette jurisprudence, tant pis! Son geste était vraiment spontanné, et dans l'action de jeu. Les injustices même si elles sont cruelles sur le plan sportif, et  immorales qu'on soit bien d'accord, semblent malgré tout se rééquilibrer dans le temps. Tout cela pour dire que le feu des critiques qui s'abattaient sur ce joueur  n'était pas la meilleure chose pour préparer une coupe du monde, et en voulant trop jouer les moralisateurs et chercher à avoir indirectement la peau de l'entraineur à travers son joueur tout le monde du football  a d'une certaine manière  contribué à ce fiasco.  

Raymond Domenech avait tenté un dernier coup de poker pour redresser le navire France.

L'ancien sélectionneur  en avait c'est sûr à cette période plein les bottes. Il avait décidé  au seuil du tournoi mondial de 2010, de redistribuer les cartes, et de répartir les responsabilités et les critiques sur les joueurs.Il a eu beau nous faire croire que les critiques ne l'atteignaient pas, mais le vénusien et lunaire qu’il est (Lune/Vénus étant valorisée aux angulaires dans son thème) symbolisent ce besoin d'être aimé, et apprécié finalement comme tout être humain. Tout le monde à ses limites. S'il n'a pas été aidé sur terre, on peut dire que le ciel non plus n'a pas été plus clément avec lui en cette fin de printemps 2010. On retrouvait en effet les plus dures configurations qui existent depuis des décénnies. Et malheureusement pour lui, elles impactaient de plein fouet les planètes clefs du thème du catalan. On retrouve notamment  la triple dissonnance  Uranus (catastrophes, bouleversement soudain) conjoint à Jupiter(effet amplificateur / Saturne  célestes (épreuves) en opposition sur l'axe de son Saturne en Balance (responsabilité), et carré à Pluton (destruction) conjoint sur sa Lune (Popularité) et en opposition à son milieu du Ciel et Uranus en Cancer.   Il avait  déclaré dans la presse que désormais il arrêterait de protéger son groupe. Les joueurs ont sans doute dû être surpris par ce changement d‘orientation. La conséquence   de cette décision aussi soudaine que brutale  a  désolidarisé d'avantage le groupe. L'équipe  a alors implosé en plusieurs fragements à partir du match du 30 mai 2010 à Radès où l'équipe de France faisait un  résultat peu convaincant contre la pugnace sélection tunisienne, avant de s'envoler pour l'Afrique du Sud. Les joueurs étaient depuis ce moment livrés à eux même, et fonctionnaient désormais en pilotage semi-automatique. Tout ceci a forcément  accentué la présence de clans déjà existants, au sein desquels  certains égos surdimensionnés rompaient du même coup l'équilibre et l'harmonie du groupe France. Pour poursuivre dans son opération delestage de responsabilité, et rédéfinition des rôles de chacun Raymond Domenech à choisit de  désigner meneur de jeu, un Yoann Gourcuff pourtant pas en verve à cette époque footballistiquement parlant, en plus de ne pas être le leader naturel capable de fédérer autour de son nom tout le groupe.

 Il sentait  à mon avis que sa sélection allait droir dans le mur et pour lui c'était la décision de la dernière chance "cela passe ou ça casse".Perdu pour perdu, pourri pour pourri Raymond Domenech avait  sans doute décidé de tenter le tout pour le tout. Comme lorsqu'au pocker vous faîte tapis avec une main très faible, mais vous espérez qu'à la river vous serez sauvé.  Son but en faisant cela créer une réaction autour de Yoann Gourcuff qu'il pensait plus à même dans l'état d'esprit de remplir le rôle d'organisateur dans le coeur du jeu, comme il l'avait parfaitement rempli ce rôle  à Bordeaux. Il prit cette décision en dépit du mépris qu'il éprouvait jusqu'à présent quant à son manque de réaction pour s'imposer auprès de ses coéquipiers. En prenant cette dicision radicale, il espérait piquer l'égo de  Ribéry pour le faire réagir aussi, car il jouait à cette époque à l'envers. Il était encore plus individualiste qu'à l'accoutumé car il faut se souvenir que pendant cette période, il cherchait à dribler inutilement, au lieu de passer son ballon, et d'organiser le jeu de l'équipe conformément au rôle que lui avait assigné le coach. Il espérait   briller sportivement pour eclipser pour un temps dans la tête des gens l'affaire Zahia qui venait depuis quelques semaines maintenant écorner sa réputation . Raymond Domenech voulait aussi d'une certaine façon le punir de ne pas lui avoir donné raison lorsque précédemment il l'avait investi de ce rôle de leader.La réaction du bavarois est épidermique et très négative.Raymond Domenech l'a d'ailleurs relaté dans son livre : Pendant le Mondial 2010 avant le premier match contre l'Uruguay, Domenech sent la colère de Ribéry contre Gourcuff, quand il dit au Breton qu'il a 'les clés' : Le pire à ce moment précis est le regard de Franck Ribéry : j'ai vu dans ses yeux la haine, le mépris ou la jalousie. Il ne l'aime pas c'est certain.'

 

 Bus de la honte ou titre de journal honteux?

La plupart des astrologues le savent,  Mars en Scorpion comme c'est le cas dans le thème de l'ancien sélectionneur, se sert parfois de l’un pour taper sur l'autre. En opérant ce changement inopiné   de désignation de leadership, il a très certainement parachevé la scission du groupe qui fomentait déjà depuis un moment. L'épisode Nicolas Anelka  n'est finalement que l'estocade finale dans un épilogue qui donna ensuite lieu à cette fameuse grève des joueurs dans ce  bus qualifié par la presse de la honte. Les journalistes ce sont fait un malin plaisir d'apposer à ce dernier épisode Nicolas Anelka un titre volontairement provocateur et vulgaire,pour dire tout fort ce qu'elle pensait tout bas depuis plusieurs années de l'entraineur à travers des propos quelques peu galvaudés de l'ancien attaquant de l'équipe de France.

 

Commenter cet article