Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Non mais allo astro, y a quelqu’un au bout du fil? »

Publié le par Yanis voyance

 

Le fait d‘actualité:  

"Nan mais allo quoi ! T'es une fille et t'as pas de shampoing ? Allô ? C'est comme si je te dis, t'es une fille et t'as pas de cheveux !" Il aura suffi que cette phrase a priori anodine pour ne pas dire un peu loufoque soit lâchée plein cadre par une candidate de la télé réalité pour que celle-ci fasse un buzz monstrueux, au point que depuis quelques semaines on n’entend partout les gens décliner cette tirade à toutes les sauces. Dans la rue, les cours de récréation, sur les plateaux télé, et les réseaux sociaux. Même les politiques s’y sont mis en reprenant à leur compte cette réplique, du jamais vu depuis que la real tv existe. Pourtant les perles dans la télé réalité ce n’est pas ce qui a manqué ces dernières années. A chaque saison ou lancement d’une nouvelle émission son lot de phrase décalée d’un des participants qui fini au zapping. Mais cette fois c’est du lourd au point que son auteur a déposé mi-avril à l’INPI (L’institut national de la propriété industrielle » la phrase en entier avec le fameux « allo…« cette expression est donc désormais protégées par la loi. Vous avez tous bien entendu reconnu a qui je faisais allusion. Il s’agit bien sûr de Nabilla Benattia. C’est que contrairement aux apparences, la nouvelle bimbo du PAF, semble loin de l’image complètement godiche qu’on lui colle bien volontiers à la peau, puisque sur ce coup là elle s’est comportée en vraie businesswoman. Il faut dire aussi qu’elle a semble t-il été bien conseillé par ses impresarios, et autres agents des sociétés de production qui ont bien senti le filon, et le retour sur investissement potentiel de leur pouliche vu le niveau de popularité de sa frasque sur la toile et dans les médias. Selon elle, les idées et les propositions ne manqueraient déjà pas pour décliner cette expression au demeurant triviale, en véritable slogan publicitaire ou en vente de produits dérivés grâce à ce concept protégé par une marque.

Curieux par nature, je me suis demandé pourquoi une telle déferlante et un tel succès médiatique sur cette simple phrase. Alors que d‘autres artistes, ou chef d’entreprise pourtant pétri de talent ne parviendront jamais à atteindre un tel niveau de visibilité, la jeune femme vient de faire en un battement de cil et une phrase le jack pot. D’expérience je sais qu’il existe une explication à tout et qu’il suffit parfois d’être un brin observateur pour la trouver. Même sur un sujet comme celui là a priori à des années lumières, des étoiles, des constellations et des signes du zodiaque, l’astrologie a été une fois n’est pas coutume une précieuse ressource pour comprendre ce qui semble être en train de devenir un véritable phénomène de société. Avant de vous délivrer mon analyse astrologique et mon ressenti, un élément d’explication plutôt cinématographique a retenu mon attention. Cela tombe bien que l’on parle aussi cinéma dans une actualité qui est dominée depuis hier par l’ouverture de la 66e édition du festival de Cannes. Je vous propose un petit voyage dans le temps, ou si vous préférez un retour vers le passé, l’année de la 38e édition du festival très précisément le 30 octobre 1985 date qui correspond à la sortie dans les salles obscures françaises de Retour vers le futur . Cette année là le grand public découvrait complètement captivé les péripéties temporelles du jeune Marty Mac Fly, et du professeur Emett Brown.

Quel rapport entre Retour vers le futur et la célèbre tirade de Nabilla Benattia?

L’explication que je vais vous donner pourrait aux yeux de certains de mes lecteurs paraître tout aussi décalée que la phrase « Nabillesques« , voir tout aussi déjanté que les explications lunaires du doc qui distille savamment toutes ses théories sur le paradoxe temporel capable de déchirer le tissu même du continuum espace temps, tout au long de la fabuleuse trilogie . « Allo, allo« y a quelqu’un au bout faut réflechir…! Vous l’avez compris je suis un inconditionnel de ce film, et ceux qui sont fan tout comme moi se souviennent certainement de cette réplique culte de l’acteur qui joue l’ennemi juré de la famille Mc Fly, le vindicatif Beef Tannen: «  allo, allo… tu veux ma photo banane« . Le fameux Allo, y a quelqu’un au bout du fil, est présent dans plusieurs scènes des différents épisodes de la saga retour vers le futur. Comme vous avez pu le remarquer cette phrase est finalement assez proche de celle prononcée par la pulpeuse Nabilla . C’est un peu comme une sœur jumelle de l’expression, pas forcément dans l’intonation, ni dans l’exactitude de la phrase mais assurément dans la signification. Le allo de Nabilla signifie en filigrane: « non mais j’y crois pas, sérieusement c’est pas vrai c’est complètement fou » c’est pour exprimer un étonnement qui dépasse l’entendement. Non mais sérieux tu ne sais pas ça! Tu me charries! Par analogie lorsque Biff Tannen adulte, jeune ou grand père dans Retour vers le Futur I &II déclamait ce allo 28 ans plus tôt, il semblait tout aussi interloqué. Pour donner plus de force à son propos et décrédibiliser son interlocuteur, il en rajoute volontairement dans le jeu d’acteur en le saisissant même à chaque fois par la cravate en mimant avec la main le toc toc que l‘on fait tous devant une porte avant d‘entrer dans une pièce. Mais cette fois c’est sur la tête de son correspondant comme pour lui dire : « ça va ta tête fonctionne bien, mes propos peuvent entrer jusqu‘à ton cerveau«. Nabilla en lâchant innocemment sa perle avec une mine déconfite à peine sur joué cherchait à donner le même effet en discréditant et moquant avec ironie sa cible: vraisemblablement deux candidates des anges de la télé réalité qui n’avaient pas pris de shampoing dans leur valise. Bien entendu la nouvelle héroïne d’Hollywood Girl n’a pas fait exprès de remixer une des expressions cultes de Retour vers le Futur à la mode 2013.

 

Cette tirade cinématographique était peut être   ancrée quelque part dans son subconscient.

Il ne faut jamais sous estimé le pouvoir de conditionnement de la publicité, ou l'influence d’un humoriste, ou même d’un film culte. Comme le disait celui qui se déclare comme étant son père dans une interview donné au magazine Closer: ..."Je ne comprends pas l'engouement qu'elle suscite, elle n'a pas inventé la poudre. C'est un produit de la société de consommation." Si nous sommes tous d’accord pour dire que la jeune algéro suisse n’a ni inventé la poudre, ni le fil à couper le beurre, elle est en revanche belle et bien un produit de la société de consommation de notre époque. Sous l’apparence de sa plastique de poupée Barbie. Cette nouvelle icône n’est finalement que le reflet de cette jeunesse dopée à la real tv qui pense parfois qu’il suffit de montrer son joli minois à l‘écran, et de faire preuve de désinvolture pour devenir une star. Ce coup d’éclat qu’a réussi Nabilla ne fait qu’apporter la confirmation illusoire que ce rêve de célébrité est en définitif possible . Et pourtant cette fois le buzzz a dépassé la sphère habituelle du jeune public accro à la Real Tv, en s’étendant aussi à toutes les couches de la société.

Cela signifie t-il que nous serions finalement tous des produits de la société de consommation?

C’est sans doute parce que nous sommes tous qu’on le veuille ou non des produits de la société de consommation, que beaucoup d’entre nous ont été si réceptif à ce genre de propos. Si cette affirmation a quelque chose de péjoratif, car cela sous tend que nous sommes conditionnés par la publicité et que cela nous réduit presque exclusivement qu’à notre seules facultés à consommer. Force est de constater que certains actes de consommation sont d’un plus haut niveau qualitatif que d‘autres, et contribueraient même à élever d’une certaine façon nos consciences, et nos facultés à réfléchir pour donner du sens à nos vies . C’est l’apanage du 7e art! Plus qu’un blockbuster, la trilogie Back to the future fait à mon humble avis parti des chefs d‘œuvre cinématographiques qui marquent une génération. Tout comme à une autre époque, plus loin dans le passé Arletty’ lançait dans le film de Marcel Carné « Hôtel du Nord » sorti en 1938 "Atmosphère, atmosphère est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ???" elle ne mesurait évidemment pas l’impact qu’aurait cette réplique sur la mémoire cinéphile française. Au fil du temps, la célèbre tirade s’est métamorphosée en témoignage d’un cinéma hexagonal.

La formule du succès médiatique

Il paraît clair que ces deux répliques cultes dans des univers cinématographiques différents à deux époques bien distincts ont marqués durablement notre inconscient collectif. Cela pourrait être un des éléments d’explication de cette surprenante adhésion massive du téléspectateur au slogan lancé par la bimbo. Bien sûr certain me diront qu’un tel buzz n’aurait pu se produire si la phrase n’avait pas été prononcée par une jeune femme aux atouts physiques plus qu‘évident. Je ne dis pas le contraire. Justement c’est souvent l’amalgame d’éléments contradictoires entre eux qui font la rencontre du succès médiatique. Ce décalage entre le sexy-provocant, et la phrase ubuesque prononcée détonne, intrigue, mais ne laisse en aucun cas indifférent, que l’on aime ou non le personnage de Nabilla.

Quel intérêt de traiter d’un sujet au demeurant superflux et sans intérêt.

On sait que Wikipédia l’avait intégré dans son encyclopédie en ligne, pour ensuite se raviser. La raison invoquée par les internautes, c’est que ce n'est qu'un buzz présent dans l'immédiateté et non sur la durée. Moi-même avant de prendre un peu de mon temps pour rédiger un papier sur ce sujet à priori léger, je me suis interrogé sur l’intérêt de le faire, dans la mesure où cette notoriété soudaine n’est bâtie au demeurant sur aucun talent particulier. Mais je me suis dis finalement que nous sommes entrée depuis un moment dans l’air des engouements éphémères et ceci n‘est pas exclusivement valable pour les seuls produits issus télé réalité. C’est donc sans préjuger de la pérennité éventuelle d’un tel phénomène, que j’ai décidé de me pencher sur ce sujet en restant le plus possible éloigné du traitement habituel des médias, le côté people pour ne pas dire la presse trash ou voyeuriste. Sous les sujets les plus superficiels et futiles se cachent parfois des symboles porteur de sens et révélateur de la façon dont fonctionne une société. L’astrologie est un art très sérieux, qui peut aussi traité de sujet plus léger, avec toujours le même sérieux.

Synastrie du thème astral de la sortie du film avec le thème natal de Nabilla.

Pour ceux que cela intéresse d’après certaines sources Nabilla Benattia serait née le 8 juillet 1992. Elle serait donc du signe du Cancer. Même si cette date de naissance demanderait une confirmation, je dirai qu’elle semble correspondre à son profil pour plusieurs raisons. Il existe une véritable correspondance entre les éléments clefs de son thème astral à ceux de la sortie du film Retour vers le Futur. Le film est sorti aux Etats-Unis sous le signe du Cancer le 3 juillet 1985, alors qu’elle est du même signe. Ensuite lorsqu’on établit la carte du ciel de la sortie du film cette fois en France, on remarque en faisant la synastrie des 2 thèmes plusieurs conjonction significatives.

Thème astral de la sortie du film                                    Thème de Nabilla                                      Orbe

 

Soleil/Mercure/Saturne Pluton en Scorpion         Lune/Pluton en Scorpion                       1°56 et 8°7

 

Lune et tête du dragon en Taureau                                Mars en Taureau                                            8°7

 

Jupiter en Verseau                                                              Saturne en Verseau                                       8°56

 

Neptune en Capricorne                                                 Tête du dragon en Capricorne                       0°56

 

Les plus marquantes sont Mercure (astre du dialogue) avec le Pluton (pouvoir) de la carte du ciel de Nabilla. Le Soleil du film (renommée) avec la Lune (féminité). Neptune (inspiration) avec la tête du dragon de Nabilla (destin), et enfin Jupiter (chance, réussite) en Verseau (signe des médias et du télévisuel) du film avec le Saturne (structure, ambition) de Nabilla. En résumé, si je met dans l’ordre les symboliques astrales qui sonnent comme un rébu, cela donne bien que la tirade du film a inspirée Nabilla, et lui a permis la reconnaissance, la chance pour se faire connaître par les médias, et peut être structuré sa carrière.

 

Le thème  astral de Nabilla Benattia

Lors de sa première apparition dans l’émission l’amour est aveugle,son côté lolita  a crevé l’écran,  tout de rose bonbon vêtue façon écolière se rapproche beaucoup du tempérament typique du signe du cancer qui est celui de l‘enfance. Beaucoup de native conserve en effet très longtemps même à l‘âge adulte un air enfantin (comme Laurence Ferrari, Indra, Charlotte Gainsbourg, Cindy Lauper…). En même temps, elle avait encore l’âge d’être en classe à l’époque de sa participation, puisqu’ell aurait déclaré avoir menti sur son âge pour pouvoir participer à l’émission.(elle n'était pas majeure). On retrouve une des influences dans son thème qui évoque cette potentialité Mercure (communication) opposée à Jupiter (excès). Cette figure astrale est souvent la marque des personnes très bavardes, qui ont toujours une histoire à raconter et qui par extension selon l’éducation reçue peut amener certains sujets à travestir la réalité. L’impact est encore augmenté si on ajoute que son Soleil natal (rayonnement personnel)  était également en opposition à la conjonction Neptune/Uranus en Capricorne. Neptune la maîtresse de l’inspiration, mais aussi de l’illusion lorsqu’elle est affligé de la sorte brouille les cartes. Quant à Uranus , cette planète a tendance à provoquer, transgresser les codes moraux (principe Capricorne) et les principes familiaux (le Cancer).  Cette rébellion qu’elle vit aujourd’hui découlerait tout droit d'un désaccord profond avec son père, représenté justement cette opposition Soleil (père)-Uranus/Neptune. Elle l’avait semble t-il déjà vécu par procuration quand sa mère aurait décidé lorsqu’elle avait 13 ans de se séparer de son père pour lui permettre de vivre sa vie. Selon les propos de Marie-Luce la mère de Nabilla recueilli dans le magazine Public, elle serait au contraire de son père très fière de sa fille. Elle déclarait d’ailleurs, que le père de Nabilla n'avait jamais approuvé les choix de sa fille et que c'est pour la protéger qu'elle avait fini par se séparer de lui. Elle racontait : "Nabilla, c'est une guerrière. Elle avait 13 ans quand je me suis séparée de son père. Je l'ai fait pour la protéger. Le papa de Nabilla était contre le fait que sa fille fasse du mannequinat. Il était très fermé. Quand Nabilla a commencé à se maquiller, il est devenu fou. Il la traitait de tous les noms. Des termes assez crus et violents pour une jeune fille de son âge." On retrouve effectivement ce côté guerrière dans le thème de Nabilla avec la Lune (vie intime) positionnée en Scorpion, un signe réputé pour sa capacité à relever les défis et être stimulé par l’adversité. Cet antagonisme est également symbolisé par la dissonance Mars (l’homme) /Pluton (conflit) . Sous ses airs de brune pulpeuse, Nabilla est clairement une dure à cuire, elle ne se laisse pas faire, surtout par les hommes. Une récente altercation avec un agent de la sncf a montré combien elle pouvait être belliqueuse.Ce penchant clairement agressif et rebel, est symbolisé par la même influence planétaire exacerbant aussi son sex appeal et son pouvoir de séduction. Pluton  (pouvoir sexuel)  le maître du Scorpion était l’année de sa naissance dans son domicile donc tout puissant dans ce signe où figure justement sa Lune (féminité).  Nabilla sait jouer de ses charmes pour conquérir le pouvoir et assouvir son ambition personnelle quitte à choquer et employer des chemins subversif. Lorsqu’elle s’est faite connaître pour la première fois à la télévision en 2011, ce même Pluton (remise en cause) séjournait pile sur sa tête du dragon (destin) en opposition à son Soleil (représentant le père). Il s’agit clairement d’une remise en question du modèle paternalle et sa soudaine notoriété semble sonner comme une revanche contre son père qui ne l’a pas accepté comme elle était. 

Son avenir:

Aujourd’hui Pluton continue lentement sa course dans le signe du Capricorne, et vient depuis quelques temps former une conjonction avec son Uranus/Neptune natal ce qui vient accroître son besoin de pousser plus loin encore son désir d’être à la fois la femme parfaite esthétiquement et de se faire remarquer par sa désinvolture. Son ambition clairement affichée devenir "un modèle reconnu aux États-Unis et une 'It Girl'". Un terme anglo-saxon désignant une jeune femme surmédiatisée, dont le seul mérite est d'être une bimbo sexy. Son défi sera d’apprendre à ne pas aller trop loin dans les provocations et ne pas chercher constamment la quête de la perfection en ayant recours chaque fois un peu plus à la chirurgie esthétique. On sait combien la fragilité et certaine faille dû à une enfance prennent encore plus d’ampleur une fois exposée à la lueur des projecteurs. Un veil adage dit que le mieux est souvent l’ennemi du bien. Un principe que la nouvelle coqueluche des médias devra constamment gardé à l’esprit, si elle ne veut pas voir un jour son rêve de devenir une playmate se transformer en cauchemar.

 

N.B: le site astrothème indique une autre date de naissance, pourtant elle avait bien fêté en juillet son anniversaire à Los Angeles avec son amie Hayem

 

 

« Non mais allo astro, y a quelqu’un au bout du fil? »

Commenter cet article