Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bilan de la politique de Nicolas Sarkozy expliqué à travers son thème astral

Publié le par yanis-voyance

photo-sarko.png

La machine astrale à conquerir le pouvoir n’est pas faite pour gouverner

Le thème de Nicolas Sarkozy né le 28 janvier 1955 à 22h à Paris est conçu de telle façon qu'il se sent plus à son aise dans sa capacité à conquérir le pouvoir, sous l’influence de Mars en Bélier (l’astre de la conquête dans son domicile), tout puissant dans son thème, plutôt qu’à l’exercer. La fonction présidentielle réclame d'autres qualités, que l’on retrouve dans les thèmes valorisés plutôt par Jupiter et Saturne .

De plus le chef de l'état éprouve ce besoin viscéral d'être aimé et approuvé dans ses décisions (Vénus dominant). Ces 2 notions combinées font que tout ce qui constituaient ses atouts pendant la campagne de 2007, sont devenus des handicaps. « Il a voulu trop en faire » diront certains journalistes. Peut être ne s’était-il pas rendu compte que la campagne était finie. Et qu’il n’avait plu besoin de continuer à être au taquet comme ça. D’autant que les adversaires étaient éliminés. (Nous avons parlé dans un autre article qui lui était consacré de surrégime).

Le moins que l'on puisse dire c’est que l’état de grâce présidentiel n’aura pas duré très longtemps.

S’il a poursuivi dans la dynamique de la campagne, c’est parce qu'il dit avoir souffert, des critiques et des épreuves subies dans ses affaires de cœurs. Une fois la victoire acquise, il ya comme un côté revanchard contre tout ceux et toutes celles qui n’avaient pas cru en lui.

Plusieurs configurations symbolisant une combativité extrême sont dans son thème pour en témoigner. Son axe du Dragon (destin) affligé, expliquerait pourquoi il a du mal à dominer ses émotions dès qu'il est critiqué. De même son Mercure (communication) un élément essentiel en politique et Saturne (ambition) sont tout 2 mal aspectés à Pluton (agressivité).

 

Le président Sarkozy est-il seulement victime de la mauvaise image donnée en début de mandat?

Une grande partie de l'opinion publique négative s'est forgée sur 3 traits de caractère qui sonnent aussi comme une nouvelle stratégie en politique.

Son but faire l'agenda des journalistes et des médias et ne pas le subir. Le Verseau est en effet avec le Lion le signe du spectacle,du théâtre et des médias. Ce n'est pas un hasard si Bernard Tapis ou Raymond Domenech 2 natifs du Verseau eux aussi sont férus de théâtre.

Il y avait en début de mandat chez Nicolas Sarkozy une volonté de théatraliser la vie politique par des modes typiquement Uranien.

Le côté exhibitionniste:

-Le bling bling: avec des symboles qui ont choqué les français

Tout le monde se souvient que le soir de sa victoire, il a dîné aux Fouquets un des plus somptueux restaurant de la capitale. Sa connivence avec les puissants chefs d'entreprise Bouygues, Bolloré et des acteurs comme Johnny Hallyday, Jean Reno, Christian Clavier ont été très mal perçu.

D'autres symboles sont venus ternir la fonction présidentielle avec l'épisode de Yacht de la rolex.

-La peopolisation de la politique:

On peut suivre comme un feuilleton sa vie privée dans les magazines comme Gala ou Voici sa rupture avec Cecilia. Sa nouvelle romance avec Carla Bruni, son voyage en Egypte et son passage a Eurodisney. Il y a clairement une volonté de séduire un nouvel électorat et de marquer sa présence dans le quotidien des français. La cible était principalement la ménagère de - de 50ans, le panel favoris des publicistes et des marketteurs pour faire passer des messages.

 -La provocation:

 

2 altercations verbales avec des gens du peuples sont restées célèbres et ont marqué profondément et durablement les esprits.

-Une fois avec un marin Pêcheur en grève de Guilvinec en Bretagne, qui l'avait apostrophé du haut de sa grue, le président avait alors rétorqué: "Si t'as quelque chose à dire, t'as qu'à venir le dire ici" Et le marin répondra au Président que s'il descendait, cela serait pour lui mettre un coup de boule.

-Ou encore lorsqu'au Salon de l'Agriculture le 23 février 2008, il sert des centaines de main dans la foule, et l'un d'entre eux lui répond au moment où le président lui tend la main: "Ah non! Ne me touche pas tu vas me salir!" Il lui répond : "Casse toi alors pauvre con".

D'après la plupart des analystes politiques aucun président sous la Ve république n'a connu une telle hostilité de l'opinion publique. Ces périodes coincident avec des mouvements planétaires importants qui sont venus assombrir le ciel du président peu de temps après le début de son mandat.

Nous avons en tête Pluton (l'astre du pouvoir qui devient celui des conflits quand il est en mauvais aspect), cet astre lui était favorable, lorsqu’il était en Sagittaire. Il cesse de l’aider lorsqu’il change de signe et vient se loger en Capricorne un signe qui n'est pas en harmonie avec son astre « baromètre de l'opinion publique »: sa Lune natale (Popularité), et Mars (Pouvoir d'action) tous 2 conjoints en Bélier. La politique qu'il a mené au pas de course, l'arrogance dont il a pu faire preuve ont été préjudiciable à son image.

Un  goût prononcé  du paradoxe et des effets d'annonce.

Le signe du Verseau lorsqu’il est affligé comme c’est le cas chez notre président à cette fâcheuse tendance à se montrer opportuniste, versatile, et très paradoxale. Il est capable de tenir un discours dans lequel il clame haut et fort que son rôle est de protéger les français, et en même temps il démantèle le service publique gage de cette protection justement. Les mots qu’il emploie sont souvent synthétiques accessibles à tous mais en même temps très exagérés dans l’absurde pour qu’on ne puisse qu’acquiescer. Il y a une théâtralisation de l’argumentaire, avec Mercure en Verseau, et beaucoup de force de conviction avec ses dominantes Bélier.

Exemple 1: Lorsqu’il parle de mettre fin à l’assistanat. Je pense que la plupart de nos compatriotes sont d’accord pour cela. Mais il y a 2 poids 2 mesures entre des vrais fraudeurs aux allocations chômage qui sont minoritaires, et des chômeurs qui sont de bonne volonté pour renouer avec le chemin de l’emploi, mais qui ne trouvent pas de travail dans leur domaine de compétence. Si lors de la campagne présidentielle de 2007 cet argument plein d'ambivalence avait convaincu une partie des français qui ont voté pour lui, comme l'electorat ouvrier. Il se sont depuis rendu compte de leurs erreurs.

 Exemple 2: On a pu voir lors de l'émission de Jeudi dernier qu' il s’appui sur l’alibi de la crise et la mondialisation pour faire passer des idées proches du modèle américain ou plutôt aujourd’hui allemand. Il a d’ailleurs clairement évoqué la nécessité de cette convergence vers le modèle allemand. Pour convaincre que c’est le bon modèle il s’appui sur le fait que l’Allemagne est plus compétitive, qu’elle possède un meilleur taux d’emprunt, et que c’est une nécessité pour la construction européenne d’avoir un couple Franco-allemand fort et plus harmonieux. On sent chez le président Sarkozy son légendaire esprit de compétition qui vise l’objectif  même de surpasser les allemands. En son for intérieur il ne supporte pas de ne pas avoir l'ascendant sur la chancelière dans les prises de décision. Il vit les partenariats  avec un véritable esprit de compétition à cause de ses planètes en Bélier valorisées. Pour que la France atteigne le même niveau que les allemands et qu'il puisse enfin briller. Le message qu’il nous a fait passer en filigrane, c’est qu’il faudra comme "nos cousins germains" accepter la retraite à 67 ans.  Travailler d’avantage, avoir une politique salariale plus flexible en acceptant n’importe quel emploi à n’importe quel prix. Comme les 1 euro Job en Allemagne. Le modèle Allemand est certes très performant sur le plan national. Mais ce qu’il ne dit pas c’est qu’outre Rhin le nombre de pauvre est bien plus important qu’en France.link De plus on a l'impression qu'il brandit le modèle économique et social allemand comme une référence dans un domaine quand ça l'arrange, mais pas sur d'autres comme la question du nucléaire.

Même s’il demande aux Français des « sacrifices » pour préserver le modèle social français ; Il ne restera plus que l’appellation. Et cela aussi c’est l’effet du Sarkozysme, une combinaison astrale Verseau-Bélier qui a tendance à être dans l’instant présent, et les effets d'annonce qui sont rarement suivi par des actes. Comme quelque chose qui passe de mode. Comme le fameux discours de Toulon au lendemain de la crise financière de 2008 où l'on avait cru entendre un discours d'Arnaud Montebourg sur la necessité de moraliser le capitalisme financier, en taxant notamment les transactions financières. Or rien n'a été fait à ce jour, alors que l'Europe est au bord de l'explosion.

 Exemple 3: Le Grenelle de l’environnement mis en place dès son arrivée au pouvoir dans la lignée du pacte écologique que Nicolas Hulot lui a fait signé. Une fois la crise passée en 2008, aux oubliettes le Grenelle.

Pour courroner le tout, a partir de Janvier 2008 Mars a commencé à rétrograder dans son Milieu du ciel (Position sociale, carrière) dans le signe très communicant des Gémeaux. C'est la manière dont le président incarne la fonction qui commence a être critiqué. Pourtant il avait promis qu'il serait le président de la rupture avec ses prédécesseurs, un chef d'état moderne dans sa manière de gouverner. Jupiter planète de la chance a fait contrepoids pendant toute l’année 2008, c’est pourquoi il parvient notamment à garder une certaine crédibilité lorsque la crise financière fait rage alors qu’il assure la présidence de l’Europe. Son intervention rapide, sa réactivité, sont dans l’ensemble salués. Mais en décembre 2009 le même Jupiter le lâche complètement en venant se positionner à l’opposé de sa conjonction natale Jupiter-Uranus en Cancer.

 Sur le fond c'est une vraie politique libérale tournée vers les plus aisés.

Ses choix politiques sont conformes à son signe du Verseau (symbole de la liberté qui veut s’émanciper de toutes contraintes). Il n'oublie pas au passage de ménager l'opinion publique par un discours plutôt polissé. D'autres moments ses dominantes Bélier le rendent plus directe désignant des boucs émissaires. Une chose est certaine c'est que sa politique aura été quoi qu'il arrive un véritable fiasco. Ces mesures ne ce sont en effet ni traduit  par une réduction des déficits publiques, ni par des embauches, ni même par une augmentation du pouvoir d’achat. C’est tout l’inverse qui s’est passé, aggravé par les effets de la crise.

Rappel sommaire des principales mesures prisent par le chef de l'état pendant son mandat:

Le bouclier fiscal

Les cadeaux fiscaux aux plus fortunés

La baisse de la TVA dans la restauration,

La défiscalisation des heures supplémentaires.

Le non remplacement d’un fonctionnaire sur 2

Un choix purement idéologique qui suit une stratégie electoraliste.

Nicolas Sarkozy est né avec Mercure le maître de son ascendant Vierge. Cette même  Mercure dissonnante à Pluton (Pouvoir) lui confère un caractère de stratège capable d'utiliser tout les moyens, même les moins orthodoxes pour réussir à asseoir sa domination symbolisé par ses signes du Bélier.

Sa politique vise clairement à cibler son électorat, pour renforcer sa "clientèle" constituée principalement des français les plus aisés, certains grands chef d'entreprise, mais également les catégories de la classe moyenne supérieure.

 Le Verseau le signe du changement mais avec des valeurs passées.

Alors que le Verseau est un signe qui présente des idées plutôt modernes, voir avant-gardiste. Le président a, et c'est là tout le paradoxe mis en avant d'autres valeurs plutôt conservatrices. Ces valeurs vous les connaissez puisqu'elles sont fidèles à ce que prône tout les gouvernement libéraux. Pour faire le lien avec l'astrologie, on peut le rattacher à son ascendant Vierge, mais surtout son Jupiter (valeurs personnelles) natale en cancer (Le signe du passé).

Cette combinaison astrale peut expliquer par exemple le fameux slogan qui l'a fait élire « le travailler plus pour gagner plus », très pertinent et efficace sur le plan électoral car très fédérateur à plusieurs niveaux.

Tout d'abord le fait d'induire qu'il allait remettre la valeur travail au cœur de sa politique dans un pays gangréné par le chômage c'est forcément rassurant tant pour les seniors et futurs retraités (une part importante de l'électorat car la France vieillit), qui veulent s'assurer que leur retraites seront garanties par plus d'actif au travail. De même ce slogan alimente l'idée que les jeunes générations n'ont pas été assez travailleuses et courageuses comme le furent eux-mêmes, c'est pourquoi il faut y remédier en remettant les gens au travail, pour que la France reparte.

Pour les actifs, ce thème de campagne a alimenté le fantasme de la France des assistés, avec l'impression que certains travaillent très dur et très tôt, et d'autres se la couleraient douces.

Ce concept du « travailler plus pour gagner plus » serait si l’on analyse bien les choses à la fois d'un autre âge en nous renvoyant à des époques où la protection sociale existait peu ou pas du tout, et que l’on travaillait jusqu’à 18heures par jours. Et en même temps, c’est bien en phase avec notre époque notamment pour les pays en voie de développement, et autres pays émergeants qui connaissent une croissance importante, qui rend notre Président bien nostalgique (Valeur Cancer de son thème) de nos 30 glorieuses années. Celles que nous avons connu entre 1945 et 1975.

Cette contradiction dans la politique du Président se retrouve en ce moment dans le ciel avec l'axe Saturne-Uranus dans le thème de la France.

La position des astres dans le ciel en ce moment sont principalement:  

Saturne (Valeur conservatrice) dans le signe solaire de la France en Balance en opposition à Uranus (Valeur progressistes) en Bélier.

Dans la même logique, nous avons Pluton (transformation) en Capricorne un signe gouverné justement par Saturne, doublement en conflit avec Uranus en Bélier et Saturne en Balance.

La France est un pays a fort gain de productivité (le 2nd pays du monde derrière les Etats-Unis). Le progrès technique est Une valeur purement Uranienne qui maitrise justement le Verseau). L'ensemble de ces facteurs ont permis une meilleure organisation du travail qui permet depuis la fin du XIXe siècle de travailler de moins en moins, mais de manière plus productive dans de meilleures conditions, avec plus de bien être et de revenu plus décent.

Les opposants de Nicolas Sarkozy ne seraient pas les seules à avancer l’idée que  ce slogan est d'un autre âge. De nombreux économistes, surtout ceux qui sont d’inspiration Néokeynésiennes pensent que le travailler plus pour gagner plus est un non sens surtout dans une période de fort chômage. En effet qui décide de la durée du travail ce sont les patrons, hors il n'y a déjà pas assez de travail pour tout le monde avec un taux de chômage record ces dernières années. La mesure qui a concisté à défiscaliser les heures supplémentaires, s'est avérée un véritable effet d'aubaine pour les entreprises qui y ont eu recours plutôt que d'embaucher.

L’autre exemple le plus flagrant c’est la polémique qui a entouré le RSA il y a quelques mois. Le fait de demander des efforts supplémentaires aux plus pauvres d'entre nous alors qu'aucun effort n'est demandé aux entreprises du CAC 40 qui ont pourtant fait des profits records de 24% en plus par rapport à l'année dernière. On voit bien que la valeur du président Sarkozy est tournée vers les puissants, plutôt que vers les plus faibles. Même si des actions de communications sont menées pour faire penser le contraire. Comme son déplacement récent dans une usine où le Président  explique aux ouvriers qu'ils sont plus soumis que des fonctionnaires à la rudesse de la mondialisation. Mais surtout parce que la réputation d'un ouvrier est de travailler dur et se lever tôt. C'est bien cette franche de l'électorat qui l'a fait gagné en 2007. Il y a de la sympathie et une forme de reconnaissance du président envers ces personnes.Même si pour autant il ne prendra pas de mesure spécifique pour les protéger des délocalisations par exemple. Ce qui au vu de son thème et de ses actions n'est pas le cas vis-à-vis des chômeurs ou bénéficiaires du RSA. Encore une fois sa dominante Bélier et surtout son mars (amour propre) en conflit avec Pluton (combativité) laissent penser qu'il ramène tout à lui et qu'il estime que s’il avait été lui-même dans une situation de chômage, il ferait n'importe quel travail pour ne pas être dans cette situation. Sa politique et ses valeurs s’inspirent beaucoup du système américain, où l’on voit des cadres soudainement tombé au chômage travailler dans la restauration, sans que cela choc qui que ce soit. 

Conclusion: 

Beaucoup de ses détracteurs jugent cette politique brutale, et en inadéquation avec les valeurs humanistes et progressistes.

Il a su « diviser pour mieux régner ». en opposant systématiquement les actifs contre les chômeurs, les fonctionnaires, contre les salariés du secteur privé, les patrons contre les salariés...Chacun pensant que son voisin est un des responsables de la crise et des difficultés qu'il vit au quotidien. Il a encore tenu le même discours ce jeudi lors de l'émission spéciale "crise de l'Europe".

 Après avoir dit tout cela vous aurez compris que, comme bon nombre d’hommes et femmes Politiques dont la rhétorique est un art si précieux pour gravir les sommets, tout est dans la forme. Notre président a su le faire évoluer, innover en poussant l’efficacité de la communication à son paroxysme, grâce à sa force de persuasion. Les français l’ont élu parce qu’ils ont eu l’impression que le candidat Sarkozy de l’époque comprenait leur problématique de manière concrète. Ces propositions étaient sans doute discutables sur le fond, mais elles étaient présentées aux français avec une telle force de conviction qu’il en devenait forcément convaincant pour bon nombre de nos concitoyens. Lors d’un micro trottoir de l’époque, quelques semaines avant l’élection, les électeurs interviewer disaient se prononcer en sa faveur non pas parce que ses idées étaient les meilleures, mais parce qu’il faisait comme le disait l’un d’entre eux : « tribun lorsqu’il s’exprimait à la tribune ». Contrairement à une Ségolène Royal plus hésitante. La majeure partie de l'électorat n'étant pour la plupart pas des analystes politiques confirmés se laissent souvent séduire par la manière dont on exprime les idées, plutôt que par le fond. Le mot séduire n’est pas trop fort, puisque nous l’avons la Vénus de Nicolas Sarkozy (charme) est toute puissante dans son thème. Vous associé à cela, son côté Verseau un signe très charmeur, moderne également. Sans oublier l’enthousiasme de son Mars en bélier décuplé par tous ces aspects favorables qui ont créé cette dynamique qui a permis son élection.Qu'en sera t-il en le 22 avril et le 6 mai 2012? Les français vont ils malgré leur déception lui renouveller sa confiance et se laisser convaincre que dans ces temps troublés, il ne serait pas sage de changer de capitaine.

     

 

 

 

 

Commenter cet article