Martin Blachier: “Des rapports scientifiques anglais notifiant qu’il fallait effrayer la population à dessein”

Publié le 19 Mai 2021

Le fait d'actualité:

Martin Blachier révélait hier sur le plateau d'LCI en compagnie de David Pujadas que dans un rapport britannique les scientifiques s'excusaient d'avoir instillé la peur à la population à dessein concernant  l'épidémie de mars 2020, et qu'ils n'auraient pas dû le faire éthiquement à ce point là. (lire l' article du courrier du soir joint en fin de publication)

Quels étaient les dessein lui demande le journaliste?

Pour être sur que les mesures seront respectées répond sans hésiter Le PDG de Public Health Expertise. Il ne dit pas qu'il ne fallait pas le faire, mais parle du moment où il y aura des explications à fournir de la part de ces gens, ainsi qu'un droit d'inventaire. 

Comme disait Nicolas de Machiavel "Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes"

Plus de 13 mois après la crise sanitaire on mesure à quel point ce biopouvoir a littéralement pris le contrôle de l'âme des gens que ce soit au Royaume-Uni, comme en France ou dans de nombreux pays du monde.

Les populations sont désabusées complètement épuisées moralement. Elles sont prêtes à n'importe quoi y compris à s'inoculer un produit qui ne présente pas l'assurance tout risque pour que ce cauchemar s'arrête enfin et qu'ils retrouvent une vie "normale".

Ce mea culpa de ces scientifiques britanniques rapporté par monsieur Blachier ne change rien, car il cohabite avec la "peur" qui continue d'être répandu chaque jour dans la presse et les médias, tout en entrouvrant cette porte d'espérance que symbolise le déconfinement.

D'ailleurs, son homologue  Karine Lacombe se montre pessimiste et explique que L'immunité collective est en outre loin d'être atteinte... "On pense qu'au vu de la dynamique du virus et des variants, il faudrait probablement une immunité collective d'au moins 80-90%", a-t-elle expliqué. 80 ou 90%, c'est-à-dire 50 millions de Français vaccinés (ou ayant développé des anticorps à la suite d'une contamination).

Comprenez en somme que tant que toute la population française ne sera pas vaccinée il ne faut pas compter à un retour à la normale. Le retour à la normale n'est conditionné qu'à l'unique chemin de la vaccination. 

Nous savons quant à nous qu'il n'y aura pas de retour à la normale, que nous sommes embarqués dans un changement de paradigme au forceps et à coup de pied au derrière (ou plutôt à coup de confinement et piqure), et qu'il n'y a pas de retour en arrière possible. Le monde d'avant n'est plus. 

Remarquons que ce n'est pas la première fois que sur LCI en compagnie de David Pujadas de telles révélations sur le caractère délibérément alarmistes et anxiogènes sortent.

Il y a un an pratiquement jour pour jour  c'était un scénario analogue, avec le journaliste qui faisait un aggiornamento des infos anxiogènes et fausses nouvelles délivrées sur la létalité et contagiosité réelle du virus. (voir ci-dessous la vidéo).

C'est par ailleurs un comble que Monsieur Blachier se fasse le porte parole des demandeurs des comptes, quand le 1er mai 2020 il était lui même le premier à remettre un rapport alarmiste au gouvernement prédisant 85 000 morts à la sortie du 1er confinement.

On a bien vu que malgré le mixe social du printemps et de l'été avec toutes les manifestations et les vacances, les hôpitaux sont restés vides, finalement comme chaque année à la même époque dans nos latitudes. Fin d'automne et hiver les gens tombent malades des infections respiratoires saisonnières. Puis le printemps arrivent et les urgences se désengorgent. 

La situation pourrait changer puisqu'on apprend que des chercheurs israéliens  ont découvert 62 cas de myocardite, dont deux décès, après vaccination récente avec Pfizer. Cinquante-cinq des cas sont survenus chez des hommes, la plupart âgés de 18 à 30 ans. (Lire publication du site Cogito intitulée Le Vaccin Pfizer pourrait provoquer une inflammation cardiaque chez les personnes de moins de 30 ans)

Le prestigieux Salk Institute, fondé par le pionnier des vaccins Jonas Salk, a publié un article scientifique qui fait l’effet d’une bombe et qui révèle que la protéine spike du SRAS-CoV-2 est en fait à l’origine des lésions vasculaires chez les patients atteints de covid et chez les personnes ayant reçu le vaccin covid, favorisant les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les migraines, les caillots sanguins et autres réactions ...

Enfin le Docteur Vernon Coleman lui n'y va pas par 4 chemins tous les vaccinés commenceront à mourir à l'automne. 

Le Docteur Delepine chez Réseau international s'inscrit dans la même lignée. Lire l'article hécatombe post vaccinale.

C'est pourquoi le timing de cette sortie médiatique de monsieur Blachier ne doit rien au hasard. Elle s'inscrit en forme de contrepied aux tragédies qui se dessinent pour le futur.

Par ailleurs, admettre des erreurs tout en avançant des raisons faussement légitimes comme celle de faire peur pour s'assurer que les mesures soient respectées par la population après que le mal soit fait, permet aussi de faire passer l'idée, que c'est vrai on vous a raconté des balivernes, mais c'était pour la bonne cause.

Cette stratégie de communication permet de désamorcer l'éventuelle séquence suivante où des familles ou collectifs de populations lésées par les mesures sanitaires de confinement voudront traîner les décideurs politico-scientifiques en justice.

Les dommages collatéraux de ces confinements sont considérables sur le plan économique, social et humanitaire. Ils vont se télescoper avec les effets dévastateurs de la vaccination.

 

Le coin des passionnés de l'astrologie: 

Pour le moment pas de date de naissance pour établir un thème astral même partiel de monsieur Blachier. Tout ce que l'on sait c'est qu'il est né en 1985.

Cette année là Jupiter trônait en Verseau signe qui présente un potentiel important d'être bien relayé par la sphère médiatique.

Le chantre de la modélisation épidémiologique s'est fait connaître auprès du grand public dans les médias entre la période où le Soleil séjournait en verseau fin janvier-février 2020, et celle où  Saturne a commencé son transit dans le XIe signe du zodiaque après la mi-mars 2020 au moment du 1er confinement.

Depuis il ne quitte plus les plateaux TV, et on le voit régulièrement invité comme consultant référence sur l'évolution de l'épidémie du covid19, et les mesures sanitaire à prendre. Cette année 2021 sonne comme la consécration pour lui avec Jupiter qui opère son retour en Verseau.

Le Verseau est réputé  pour sa fibre high-tech, son sens de la prospective et ses capacités de synthèse notamment à travers l'outil informatique.

Monsieur Blachier comme son homologue britannique Neil Fergusson sont des  spécialistes de la modélisation mathématique des épidémies.

Le problème avec les modèles c'est qu'on peut leur faire dire ce qu'on veut et qu'il y a souvent l'expérience le prouve une déconnection avec la réalité. L'avantage pour le système qui fait la promotion de ces nouveaux concepts c'est que cela permet de créer artificiellement des épidémies et pandémies médiatico-informatique quand les données entrées reposent sur des indicateurs fallacieux.

Comme le disait le médecin urgentiste le Docteur Kerzieck, on a eu une épidémie de cas positifs. Et c'est sur la base de ces cas contacts que le bio pouvoir prend des mesures.

Des mesures qui finissent par donner des résultats catastrophiques et viennent valider après coup les modèles alarmistes. Vous voyez bien que la 4e vague est là et elle est plus terrible que les précédentes.

 

 

Rédigé par Yanis Voyance Astrologue

Publié dans #Covid19, #Covid21,

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article