Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prédiction: Georges Simenon, l'auteur du roman de 1958 «Le président», avait-il déjà tout compris de l'avenir de l'Europe ?

Publié le par Yanis Voyance Astrologue

 Georges Simenon, l'auteur du roman de 1958 «Le président», avait-il déjà tout compris de l'avenir de l'Europe ?

Voici une scène du Président de 1961 que je vous invite à regarder en vidéo en cliquant sur le lien ci-dessous.

Cette séquence prend aujourd'hui des allures prophétiques, surtout à l'heure du CETA, du traité de Maastricht, puis de Lisbonne qui se sont succédés ces dernières décennies. 

Cette réplique tirée du livre "Le Président" de Georges Simenon, publié en 1958 et interprété par Jean Gabin en 1961 était simplement visionnaire.

Pour mémoire, 1958 c'est non seulement la signature des premiers traités fondateurs de l'Europe (Rome), c'est aussi la naissance de la constitution de la Vème République.

Visionnaire et  pleine de vérités tiré de l'adaptation du roman, jouée par Jean Gabin et Bernard Blier.

Voici pour celles et ceux qui ne peuvent visionner la vidéo le script:

Le président Beaufort : Tout le monde parle de l'Europe. Mais sur la manière de faire cette Europe que l'on ne s'entend plus. C'est sur les principes essentiels que l'on s'oppose. Pourquoi croyez vous, Messieurs, que l'on demande au Gouvernement de retirer son projet d'union douanière. Parce qu'il constitue une atteinte à la souveraineté nationale ? Non, pas du tout ! Simplement parce qu'un autre projet est prêt.

Philippe Chalamont : C'est faux !

Le président Beaufort : Un projet qui vous sera présenté par le prochain gouvernement.

Philippe Chalamont : Monsieur le Président je vous demande la permission de vous interrompre.

Le président Beaufort : Ah non ! Et ce projet, d'avance je peux vous en annoncer le principe. La constitution de trusts horizontaux et verticaux et de groupes de pressions qui maintiendront sous leur contrôle non seulement les produits du travail, mais les travailleurs eux-mêmes. On ne vous demandera plus, messieurs, de soutenir un ministère, mais d'appuyer un gigantesque conseil d'administration

Commenter cet article