Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pronostic France-Suisse 19 juin 2016 à 21h à Lille

Publié le par Yanis Voyance Astrologue

Pronostic France-Suisse 19 juin 2016 à 21h à Lille

Le fait d'actualité:

La France s'est qualifiée lors du précédent match dans la souffrance, et comme souvent dans cette compétition dans le money time. Nous l'avions publié quelques heures avant le match d'ouverture sur notre blog que c'est un football laborieux qui marquerait l'ensemble de la compétition et pas seulement la performance des bleus.

Ce suspense haletant jusqu'aux dernières secondes de la partie, vient d'un ascendant du début de la compétition en Sagittaire avec Saturne valorisée qui signifie bien que la récolte arrive avec la patience, les épreuves et beaucoup de labeur.

Saturne étant la planète de la restriction, symbolisant également le mur, des défenses très performantes qui se distingue au détriment des attaques empruntées. Les animations offensives restent atones, car elles ont beaucoup de mal à trouver le dernier geste juste, tir, ou passe décisive à cause de la fatigue typiquement saturnienne.

Pour mémoire, cette compétition de l'Euro de football, arrive en fin de saison avec des internationaux qui ont pour la plupart joué près de 65 matchs de très haut niveau dans l'année. On l'a vu avec Cristiano Ronaldo et l'équipe portugaise qui ont multiplié hier soir les tentatives, sans inscrire de moindre but. Quand ce n'est pas un arrêt de gardien, c'est la cuisse d'un défenseur qui repousse, ou encore le poteau comme sur le penalty qui fini sur le montant droit, au grand damne de la star du real. (Natif du Verseau ascendant Capricorne du 3e décan né le 5 février 1985 à 05h25 à Funchal, Madeira Portugal , avec Mars en scorpion au carré de son signe en conjonction à son Saturne natal dans le même signe pourrait expliquer ce manque de réussite momentané).

Le carré de Saturne (épreuves) à Neptune (émotion) en Poisson exprime la déception, la frustration voir la désillusion pour certaines équipes.

Alors que pour d'autres celles qui marquent des buts dans les derniers instants de la partie comme la France, l'Italie, l'Angleterre, ou encore la Hongrie dans les derniers instants, expriment le soulagement après la souffrance.

Puisque nous parlions de Mars (planète du sport et des guerriers) en Scorpion (mystère) en maison XII (voir carte du ciel du match d'ouverte France-Roumanie), l'astre conditionne d'une certaine façon l'esprit de cette compétition, et qui expliquerait d'une part la rage de vaincre, cette hargne pour remporter des victoires à l'arraché, et ce suspense hitchcockien.

Compte tenu de tous ces éléments, je trouve donc la presse et les médias plus que sévères avec l'équipe de France lorsqu'elle tire à boulet rouge sur les hommes de Didier Deschamps.

Au passage les commentaires les plus sévères viennent très souvent de ceux qui n'ont jamais fait de sport de leur vie, et encore moins à très haut niveau.

Si vous comparez à d'autres équipes la sélection française s'en sort pas si mal et produit du jeu en nous procurant de l'émotion, ainsi que beaucoup de ferveur populaire.

Comment expliquer d'un côté que la presse épingle Karim Benzema ou d'autres parce qu'ils ne chantent pas la marseillaise, ou ne mouilleraient pas assez le maillot, et que dans le même temps ces mêmes médias critiquent de manière trop exagéré une prestation des bleus plus qu'honorable.

En football on le dit souvent seul le résultat compte même si la manière est importante. La sortie de Nicolas Anelka pour soutenir ses anciens coéquipiers et demander aux médias d'aimer vraiment les bleus est pleinement justifié. En bon natif du Poisson le même signe que Paul Pokba, il ressent et comprends intuitivement ce que son homologue peut ressentir puisque lui même a été victime de cet acharnement lors de la campagne des bleus du mondial de 2010 en Afrique du Sud.

Effectivement je souscris depuis longtemps à ce raz le bol de certains qui ne sont jamais content. On se demande sincèrement si les médias ne spéculeraient pas sur une défaite des bleus peut être plus vendeur en terme de chiffre d'affaire qu'un simple beau parcours jusqu'en quart ou en demi thèse selon eux la plus probable.

En 1998, Aimé Jacquet avait essuyé les mêmes critiques avec à l'arrivée une magnifique victoire. Avec le recul on parle de ces bleus là comme de légende, mais pour avoir assisté comme des millions de français à cette épopée, les médias n'étaient vraiment pas tendre à l'époque.

En fait c'est bien simple on parle souvent d'un public français versatile qui encense ses idoles pour les descendre aussitôt en flamme à la moindre contre performance. Mais qui influence l'opinion public et sont sensés traduire fidèlement l'état d'esprit de la population? C'est la presse et les médias.

Dans un moment de communion national, ce sont à eux d'expliquer faire de la pédagogie, pour désamorcer les conflits, plutôt que de créer des polémiques stériles comme le supposé bras d'honneur de Paul Pokba.

La particularité du football c'est que c'est un spectacle atypique dont la qualité peut varier d'une prestation à une autre. Les performances sportives ne jamais garantie à 100%, d'où l'importance du fameux 12e homme.

Etre supporter et patriote d'une certaine façon, c'est faire corps avec son équipe et les soutenir dans les moments de gloire, comme dans les défaites.

On a beaucoup parlé des hooligans Russes et Anglais, mais il faut rendre hommage au public irlandais qui a été exemplaire hier. D'ailleurs c'est très bien que d'autres médias ont choisi de mettre en avant ce côté positif.

J'ai pu le constater à Bordeaux hier. Malgré l'insuccès de leur formation, les supporters ont continué à faire la fête dans une ambiance bon enfant.

Je vous invite à regarder les images tournées du côté du centre commercial de Mériadeck où les supporters ont fait la fête, en enrôlant du même coup la police. C'est cette image très sympa d'amitié, et de fraternité qu'il faut garder en tête et valorisé. On en a besoin dans ce climat social et mondial tendu.

Pour revenir à la dernière prestation des bleus,la première mi-temps est c'est vrai en terme de spectacle pas à la hauteur de ce que l'on peut attendre d'une équipe qui nous a montré un visage très séduisant, avec une attaque de feu pendant les matchs de préparation. I

Ce n'est évidemment pas la même chose de jouer pendant 2 ans des matchs amicaux sans enjeux.

Il faut ajouter la qualité de l'adversaire, la capacité des équipes à défendre bec et ongles leur pouce de terrain pour ne concéder le moindre but et tenter le hold-up. Cette stratégie de faire déjouer l'adversaire avant de jouer, c'est un peu la stratégie dominante du moment. On l'a vu en ligue des champions. On l'a retrouvé pour les deux premiers matchs des bleus, avec la Roumanie et l'Albanie moins forte sur le papier, qui ont avant tout joué pour ne pas perdre et placer quelques contre qui aurait pu être meurtrier.

Parmi les nombreuses équipes engagées dans la compétition, la plupart se valent toutes notamment sur un plan défensif. La préparation physique des joueurs est telle, que la plupart des équipes sont capables de défendre toutes ensemble. Demeurent quelques équipes au dessus comme l'Espagne.

Encore qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions. Les matchs de poule et les matchs couperet de qualification et ceux des 8e, 1/4,1/2 et finale ne s'abordent pas avec la même dimension psychologique.

De plus certaines équipes peuvent démarrer petitement comme la Belgique par exemple et finir très fort!

Nous le verrons très certainement car les astres commencent à changer de camp et passent progressivement du Gémeaux au Cancer. La cuspide de l'ascendant débuté en Sagittaire autour des 10° du Sagittaire avec une Saturne rétrograde à 12° pour le match de 21 heure en début de tournoi se déplace progressivement au fil des rencontres et des minutes qui s'égrènent pour finir en Capricorne pour la cuspide.

Le Capricorne est un signe de maîtrise technique, tactique qui donne aussi plus d'importance à l'endurance, aux défenses et à celui qu'on nomme le dernier rempart: au gardien de but.

Va t-on assister à encore plus de parades spectaculaires, de pénalty arrêté, de séances éprouvantes de tir au but?

C'est dans l'ordre du possible. Les matchs à n'en pas douter à part quelques exceptions finiront avec des scores étriqués, cela se jouera sur des détails.

Je n'exclu pas à partir du solstice d'été c'est à dire après demain, des blessures, et des retournements spectaculaires en cours de match. Des équipes qui s'étaient révélées moins forte devenir plus puissante et inversement. La fameuse montée en puissance dont les spécialistes sportifs parlent très souvent. Le cycle Uranus/Pluton va s'amorcer, avec le Soleil qui va emboiter le pas à Vénus et venir se loger dans le signe du Cancer.

Un joueur dont j'avais parlé en début de tournoi, vilipendé par les réseaux sociaux pour ses prestations médiocres en amicale s'est montré très performant sur ce 2e match, il s'agit d'Adil Rami un Capricorne ascendant Lion avec une Lune en Cancer et un Milieu du Ciel en Bélier, et surtout une conjonction Mars/Pluton en Scorpion ce qui lui donne un vrai mental d'acier.

Le but qu'Antoine Griezman marque (nous l'avions pressenti lors de notre pronostic sur le match contre l'Albanie), c'est parce qu'un arrière central monte tel un ailier et latéral pour délivrer un joli caviar.

Dans le geste on sent toute l'application et la précision capricorne. On sent que physiquement il était encore frais, car à la 90e faire ce geste juste, cela témoigne d'un grand sang froid et d'une belle technique. Il n'est pas défenseur du FC Séville double vainqueur de l'Europa Ligue ces deux dernières années pour rien. Je ne serai pas étonné qu'il montre avec ses compères de la défense que la France a des ressources.

Pour ce match de classement contre nos voisins Helvètes, dont l'entraîneur Vladimir Petković est Lion du 15 août 1963, il faudra s'attendre à un match une fois n'est pas coutume très disputé. En effet le Milieu du Ciel en Balance mettra l'accent sur son Mars natal en Balance dès le début de la partie, avec des luminaires céleste (Soleil/Lune favorable) pour être performant. Sa Lune elle même en Cancer sera valorisée durant le match par un descendant du thème du match en Capricorne. Donc attention!

Pour ce qui concerne les bleus, j'avais parié qu'André Pierre Gignac 5 décembre 1985 à 16h à Martigues serait aligné en attaque avec une Lune en Sagittaire, bingo!

Reste à savoir s'il peut marquer de son empreinte cet euro. Nul doute qu'il saura se procurer des opportunités car l'ascendant et la Lune flirteront avec son Soleil, ce qui devrait le mettre en valeur. Tout comme un Milieu du Ciel de la partie qui passera avant la fin de la 1ère mi-temps sur son Mars natal en Balance. Il devrait expédier quelques coups de canon dont il a le secret. Ensuite en 2e mi-temps. Quant à Paul Pokba sous le feu des critiques devraient lui aussi montrer un meilleur visage. S'il est natif du Poisson, sa Lune ainsi que sa tête du dragon sont justement eux aussi en Sagittaire. La relation technique devrait être bonne. Avec une Mars en Cancer que va éclairer le descendant de la partie il devrait se montrer de plus en plus performant. Si ce n'est pas sur cette partie ce sera un peu plus tard dans le tournoi, où le Soleil et Vénus qui vont se rapprocher de son Mars natal en Cancer autour des 12°, vont démontrer toute sa classe et sa prestance. Sa côté d'amour va grimper en flèche.

Soyons donc patient, si d'aventure sur ce match il y avait un 0 à 0, voir un pauvre 1 à 0 comme souvent. Le meilleur pour les bleus est à venir!!

A noter une belle prestation de Yohann Cabaye et Hugo Loris.

La cote est de 6,50 victoire pour les Suisses, 3 pour un nul des deux équipes et 1.90 pour une victoire de l'équipe de France.

Mon pronostic pour être optimiste et pour le côté spectacle 2 à 1, mais je dirai plus 1 à 0 pour la France vu l'ambiance céleste resserrée décrite. Allez les bleus!

carte du ciel thème du match France Suisse Euro 2016 3e match de poule du groupe A 19 juin 2016 à 21h à Lille

carte du ciel thème du match France Suisse Euro 2016 3e match de poule du groupe A 19 juin 2016 à 21h à Lille

Commenter cet article