Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La reprise de la croissance est-elle vraiment là?

Publié le par Yanis Voyance Astrologue

Le fait d'actualité:

Selon l'Insee la reprise économique serait là, avec 1,6% de croissance le chômage devrait baisser de 0,4%. Le "ça va mieux "de François Hollande ne serait donc pas un simple coup de com?

Si la qualité des chiffres de l'institut est essentiel pour avoir une visibilité sur l'économie et une gestion efficace de notre pays, il semblerait que de plus en plus de chercheurs contestent les méthodes de calcul de l'institution et surtout son indépendance à l'égard du pouvoir c'est ce que semble dire Laurent Charlard géographe au European Centre for International Affairs dans un article publié le 15 janvier 2013 sur le site Slate. C'est le cas sur le plan démographique et certainement aussi sur le plan économique. On sait que le Président de la République a indexé sa candidature pour un second mandat à la fameuse inversion de la courbe du chômage. Il semblerait donc que l'on fasse tout pour tordre cette fameuse courbe dans tous les sens pour satisfaire des ambitions personnelles.

C'est idem pour les chiffres du chômage puisque pôle emploi sous la pression des différents gouvernements qui se succèdent truquent les chiffres par différents tour de passe-passe. Ces subtilités sont largement relatées de longue date dans la presse et même des ouvrages.

A l'époque où Pôle Emploi s'appelait encore Anpe avant la fusion avec les Assédics, Fabienne Brutus elle même conseillère Anpe avait expliqué dans son ouvrage "Chômage des secrets bien gardés" "la vérité sur l'anpe" comment les chiffres étaient falsifiés.

Alors qu'aujourd'hui le marché de l'emploi se tend encore plus, et que les chiffres du chômage sont devenus un tel enjeu électoral, vous pensez bien que les techniques pour faire paraître les chiffres moins conséquents qu'ils ne le sont réellement se sont déployées et accentuées.

D'ailleurs on peut faire le lien avec la loi travail dit El Khomery qui nous achemine vers une définition du travail, de l'actif, et du chômeur proche de celle pratiquée aux Etats-Unis. Le pays présente régulièrement officiellement en tout cas un taux de chômage de 5%.

Un chiffre souvent cité en exemple par les économistes qui se succèdent sur les plateaux TV. Alors qu' en réalité 102 millions demandeurs d'emploi sur une population active de plus de 251 millions d'actifs seraient sans emploi avec un autre mode de calcul . Selon le site bourse B&B, je cite "Le gouvernement fédéral américain utilise très soigneusement les chiffres manipulées pour couvrir la terrible crise économique qui se passe dans son pays" (lire l'article).

Sur le plan astrologique:

Il n'y a jamais eu autant de dissonances qu'en ce moment dans le ciel mondial et celui de la France pour espérer une véritable reprise. Nous ne sommes même pas en récession, mais en dépression.

Voici un rappel des cycles du moments déjà évoqué mainte fois.

1) Grand Carré: Uranus/Pluton (Bélier-Capricorne) cycle de la crise systémique. (la dernière fois que ce cycle s'est formé en dissonnance c'était dans les années 30 Uranus/Pluton (Bélier-Cancer), on ne peut pas franchement dire qu'on soit sortie de la crise par le haut, mais plutôt par des guerres, ou devrais-je dire la 2nde Guerre Mondiale qui a fait au bas mot 50 millions de morts, avec la domination d'un régime autoritaire. Le Nazisme.

2) Carré en T: Jupiter/Saturne/Neptune en novembre dernier j'avais comparé les thèmes de la crise de 29 et celle de notre année 2016, qui sont dans une certaine mesure très ressemblantes. (lire mon précèdent article). Sans compter que le cycle Saturne/Neptune avec un Neptune en Poisson est plutôt signe de paupérisation de la population et de mouvement populaire pour contester ces profondes injustices. Nous avons eu en 1848 sous ce cycle avec Neptune en poisson l'avènement de la lutte des classes. Et en 1936 le Front populaire avec justement Saturne en Poisson opposé à Neptune en Vierge, avec un Jupiter en Sagittaire.

Or qu'avons nous en 2016, la combinaison des deux.

Nous avions mis plusieurs fois en avant cette hypothèse dans de précédents articles, mais maintenant que nous avons le nez dans l'actualité plus que tendue qui nous traverse de toute part, on ne peut contester la véracité des évènements qui se produisent bien à l'aune de ces combinaisons planétaires.

De plus si on lit d'autres économistes plus sérieux, et beaucoup plus indépendant on s'aperçoit en effet que la reprise de la consommation se fait en trompe l'œil pour plusieurs raisons.

On a la baisse du cours du pétrole qui dope le pouvoir d'achat des français c'est vrai qui est un des moteurs de la croissance. Mais la chute aussi vertigineuse des cours du pétrole n'est souvent jamais bon signe. De plus ces deux moteurs de la croissance d'une part investissements et consommation ont une dynamique en trompe l'œil.

Sans parler du CICE qui sont une subvention publique qui ont essentiellement bénéficié aux très grandes entreprises en laissant pour compte les PME, TPE et tout ce qui constitue le cœur du tissu économique de la France.

Selon Bertrand Chokrane (Diplômé de l'Ecole normale supérieure et titulaire d'un post-doctorat au MIT, qui fût responsable du planning stratégique chez Renault-Nissan puis chez Dassault-Systèmes. Et qui est actuellement PDG d'une société d'analyse financière spécialisée dans le domaine de l'audit, du conseil et de la prévision de marché), le grand problème vient du domaine financier et du manque de volonté du système bancaire à non seulement soutenir les activités entrepreneuriale, mais aussi à dévoyer son rôle auprès des ménages.

Il a rédigé un excellent papier dans le Figaro que je vous invite à lire, ce titre est pourtant très ancré à droite.

Il explique très clairement que les banques dans une économie capitaliste saine sont sensées soutenir les apporteurs de projets pour développer le pays, et générer justement la croissance. Or ce n'est pas ce qui se passe, les banques ont choisi la stratégie de financer à outrance les crédits à la consommation en profitant qu'1/5e des ménages finissent leur fin de mois à découvert. Comme les lois pour accorder les crédits à la consommation se sont durcies ces derniers temps pour éviter les prêts à des clients insolvables avec les fameux taux révolving (taux révolver tant décriés). Ce sont désormais les banques qui ont transformé leur offre de service en investissant sur l'argent que les pauvres n'arrivent pas à gagner.

Je cite l'auteur: "Le banquier propose de transformer le découvert en un crédit à la consommation, qui finit par s'ajouter à un autre. A chaque fois, le taux d'intérêt augmente et étrangle chaque jour celui qui est pris dans la spirale infernale du surendettement. C'est alors que le banquier propose une restructuration, avec un étalement du crédit dans le temps avec, pour contrepartie, une augmentation de l'intérêt. Les services de la banque se transforment en sévices"

On serait proche selon notre spécialiste de la crise des suprimes que les américains ont eu en 2008. Cette même crise qui est l'origine de ce marasme économique mondial, que l'on a vu apparaître depuis cette année.

Enfin nous pourrions également citer l'économiste Charles Gave qui a prédit il y a plus d'une dizaine d'année l'effondrement de tous le système économique et que l'Euro amène l'Union Européenne vers le désastre. (Cet éminent économiste est régulièrement invité sur BFM Business)

Cette séquence coïncide astrologiquement au transit de Pluton l'un des banquiers du système solaire, qui n'est pas toujours le plus vertueux, la preuve dans le réel.

Pluton quand il est en mauvais aspect comme c'est le cas en ce moment parle de la destruction, de la mort, de l'argent caché, des ressources souterraine, de faillite, de banqueroute. Mort du système institutionnel, de l'Union Européenne (voir la Grèce, Brexit prochain, mort de banque (certaines ont été sauvées mais d'autres sont tombées Lehman & Brother en 2008 et récemment le 3 mai 2016, aux USA la Trust Compagny Bank 2e banque américaine à faire faillite la Banco Espirito Santo en 2015, que l'on essaye de sauver, mort d'entreprise, mort d'être humain.... C'est l'équivalent pour les adeptes de la cartomancie, à l'Arcane sans Nom, 13 e arcane majeur du tarot de Marseille. C'est Hadès, le Dieu des enfers et des mondes sous terrain chez les Grecs.

C'est toute notre actualité avec une accélération et une intensification des évènements qui nous désarçonnent provoque l'étonnement, l'atermoiement, la consternation façon Uranus . L'émotion, le désarroi, la désillusion, la désespérance façon Neptune en Poisson. La pauvreté, l'austérité, les privations, la précarité comme Saturne. Enfin la confiance rompue, la méthode Coué d'un optimiste béat comme quelqu'un qui attend la providence qui ne vient pas et les pertes financières records comme un Jupiter de la démesure...

Commenter cet article