Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Neptune/Saturne ou l'illusion du réquisitoire de la gauche contre la gauche

Publié le par Yanis Voyance Astrologue

Le fait d'actualité:

En mars 2013 je publiais une tribune sur Annuaire Voyance Symphony intitulé " Le printemps 2013 sera t-il un nouveau mai 68". C'est avec un décalage de 3 ans que l'hypothèse formulée à l'époque semble la plus proche de la réalité. "La goutte d'eau qui fait déborder le vase" expression que beaucoup de responsables politiques utilisent en ce moment appartient à une sémantique typiquement Neptunienne. Poséidon maître aquatique se confronte à la loi implacable de Saturne (planète des lois des règlements, du labeur, du travail) qui provoque ce débordement d'émotion, et ce torrent de colère.

Cette loi El Khomri qui vise à réformer le droit du travail ou diront certains comme Jean-Claude Mailly de Force Ouvrière hier dans télé matin sur France 2 à dézinguer le code du travail, fait passer la gauche caviar et néo-libérale à la gauche germinale. Ne l'était-elle pas déjà avant?

Une chose intéressante à noter pour nos amis passionnés d'astrologie, c'est que cette référence historique à Germinal de Zola renvoie nous l'avons déjà vu à ce chef d'œuvre de la littérature française qui relatait les luttes ouvrières les plus rudes justement à l'époque où Neptune venait d'être découverte par les astronomes (1846), et entamait son tour de piste dans son signe de prédilection et tout puissant Poisson en février 1848. Cette époque correspond à l'émergence de ce qu'on a appelé la lutte des classes.

Aujourd'hui vous le savez ou ignorez peut-être mais nous fêtons quasiment jour pour jour les 4 ans de ce retour de Neptune après 164 ans d'absence en Poisson.

Pas étonnant donc que ce projet de loi fasse un tel levé de bouclier, et sème un tel tsunami de protestation au point de fracturer d'avantage encore la gauche avec Martine Aubry et Daniel Cohn Bendit qui viennent de publier dans le monde une charge assez violente contre Manuel Valls et François Hollande. Dans le même temps s'est réunie hier soir pour la première fois depuis le 4 mars 2013 (date de la publication de l' article), une intersyndicale durant laquelle 9 syndicats ont dénoncé avec force ce projet de loi élaboré sans réelle concertation et demandent d'en retirer certains points clés.

Ce qui me saute aux yeux, c'est la fausse candeur des responsables tant politiques que syndicales qui font soudainement minent de se réveiller alors que cela fait plusieurs années que le droit du travail est mis à mal sous leur yeux sans que personnes ne bougent réellement le petit doigt.

Cette dernière estocade portée par le projet de loi de ce gouvernement n'est finalement qu'une suite logique de ce qui couvait depuis fort longtemps.

Ce que je ressens c'est que tout cela est une vaste mascarade, typiquement neptunienne (planète porteuse d'illusion, qui dissimule les réels mobiles lorsqu'elle est en dissonance comme c'est le cas avec Jupiter et Saturne en ce moment), une espèce de catch, ou de théâtralisation du conflit, où les acteurs font minent de s'écharper sur quelques points mineurs, alors que sur le fond ils sont assez d'accord sur l'idée de préserver ce système qui de toute façon part à volo sous l'égide du carré d'Uranus/Pluton (Bélier-Capricorne). Ce conservatisme du pouvoir est symbolisé par Pluton en Capricorne. Ou alors de le réformer mais vers beaucoup plus de dérégulation.

Si les corps intermédiaires ou l'aile gauche du PS formulent au vitriole des critiques c'est avant tout pour des raisons électorales car nous sommes à 14 mois des présidentielles, et en aucun cas pour défendre l'intérêt du pays et de sa population. Martine Aubry l'instigatrice de cette tribune qui fait tant de bruit, est ne l'oublions pas la fille de Jacques Delors, l'un des principaux artisans du traité de Maastricht ratifiée en 1992 qui nous a amené dans le gouffre où nous sommes. François Hollande se réclame de ce même courant politique.

La stratégie du gouvernement en faisant cette proposition de loi grossière que même le MEDEF n'aurait pas osé rêvé dans ses songes les plus merveilleux, c'est de forcer volontairement le trait au point de le rendre inacceptable. Ainsi les faux opposants s'élèvent contre la mesure en la critiquant sur quelques détails, pour qu'en fin de compte une fois le superflu enlevés pendant une pseudo négociation, ou à coup de 49.3, l'essentiel de la réforme soit mise en œuvre.

De chaque côté on cherche à capter la colère populaire, pour rafler la mise électorale. L'objectif que le Président sortant se soumette à la primaire ou pas, est de ramener les électeurs égarés dans le giron du PS dans la perspective de 2017. Il suffit d'entendre un économiste comme Jacques Attali s'exprimant ce matin au micro de Jean-Jacques Bourdin qui se montre hostile à ce projet alors que depuis le début il a défendu tout ce qu'à fait ce gouvernement comme le pacte de responsabilité, la politique de l'offre. Il n'est décidément pas le seul à opérer cette sacrée volte face.

Je pourrai formuler la même analyse lorsqu'il s'agit des débats de la droite contre la gauche qui n'a plus aucun sens puisque les deux formations sont celles qui ont plongé notre pays dans la situation dans laquelle nous sommes depuis 40 ans à savoir un chao monumental (J'avais publié plusieurs articles déjà sur la loi hérétique de 1973 ou des traités européens). Ce parti propose des recettes identiques pour sortir le pays de l'ornière. A l'heure qu'il est le système dans lequel nous sommes n'est plus viable.

Ce spectacle navrant échappe de moins en moins à l'opinion publique. Le peuple est de moins en moins dupe à la faveur de Pluton qui continue son travail de régénération pour faire remonter à la surface, et faire émerger progressivement les mobiles cachés, les vérités qui dérangent des gens de pouvoirs qui tirent les ficelles dans l'ombre à l'abris des caméras. Uranus réveille les consciences et ce besoin de renouveau, d'une vraie liberté, via la confrontation d'information circulant sur les réseaux sociaux en complet décalage avec ce qui se dit dans les médias traditionnels.

La puissance de Neptune en Poisson sous l'impulsion de plusieurs planètes rapides en transit dans le signe sur le mois de Mars, va venir submerger le cordon institutionnel représenté par Saturne. Bientôt nos concitoyens vont se passer des corps intermédiaires (syndicats ou partis politiques obsolètes, et s'organiser pour défendre seul ses propres intérêts. Il faut le temps que les mouvements de contestation coagulent pour ne faire qu'un.

Si l'on reprend la sémantique aquatique de Neptune d'ailleurs de plus en plus usité par les acteurs politique "La goutte qui fait déborder le vase", est en réalité une véritable lame de fond de colère populaire dont les responsables politiques ne soupçonnent même pas l'ampleur.

Elle arrive et va les submerger eux même en même temps qu'elle va fracasser électoralement et politiquement la gauche dans un premier temps .

Elle ne gagnera pas les élections de 2017, ce sera la droite qui passera comme déjà dit dans d'autres publications. (Cycle Saturne/Uranus et Jupiter/Uranus).

Ce n'est qu'une fois la droite au pouvoir et que les petits patrons ou travailleurs qui auront électoralement avalisés ce cap encore plus libéral, en pensant que leur souffrance provient de leur voisin salarié, chômeurs, ou rmiste qui ne bossent pas pendant qu'eux se tuent à la tâche.

La réalité d'une Saturne mieux connectée à Neptune autour de 2018, (donc après le retour de la droite au pouvoir, va faire prendre conscience à tous progressivement que leur vrai problème ne vient pas de leur voisin dont la condition sociale est proche, mais bien d'en haut. Notamment ce système bancaire et ces puissantes multinationales qui siphonnent tout.

Même ceux qui protégeaient ce système ou y faisaient allégeance , vont à un moment donné déchanter et se rendre compte que cette finance folle s'attaque aussi à leur propre intérêts à eux. C'est ainsi qu'ils vont progressivement se désolidariser de ce mode de fonctionnement. L'omerta va voler en éclat, des journalistes vont parler. On voit déjà les prémices avec la grève chez les journalistes de l'équipe 21. Les plan sociaux menacent aussi les "privilégiés" qui sont de l'autre côté du mirroir.

Serions nous à l'aube de l'accouchement prochain d'une démocratie plus directe et plus participative? Il faudra du temps tout ne se fera pas en un jour. Le chemin est encore long et plein d'embuche.

Commenter cet article