Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi certaines célébrités font-elles polémiques sur le choix de leurs partenariats publicitaires ?

Publié le par Yanis voyance

Pourquoi certaines célébrités font-elles polémiques sur le choix de leurs partenariats publicitaires ?

Le fait d’actualité :

Les départements marketing des grandes entreprises, font régulièrement appel depuis plus de 25 ans aux célébrités pour incarner les valeurs de leur produit. Tout le monde se souvient avoir vu un jour un acteur célèbre ou un footballeur prêter son image dans un spot publicitaire. L’un pour une marque de café en capsule, et l’autre pour une eau minérale. Ces campagnes de communication à grand coup de renfort médiatique consistent à utiliser l’aura positif de ces stars incontestées du monde sportif ou artistique, leur pouvoir affectif, leur popularité auprès du public pour toucher le cœur des consommateurs. Si cette stratégie commerciale appelée par les anglo-saxons le « célébrity marketing » est payante pour les deux partis, avec d'un côté ces personnalités qui perçoivent généralement un cachet plutôt juteux,et de l'autre l’entreprise qui renforce son image de marque, en surfant sur l’idée de solidarité et d’humanité que véhicule ces acteurs, chanteurs et musiciens quand ce ne sont pas les valeurs du goût de l’effort ou la recherche du dépassement de soi que draine les sportifs de très haut niveau, cette opération peut aussi s’avérer parfois un véritable fiasco pour la crédibilité de la célébrité.

Un cachet juteux en hausse pour une crédibilité en baisse

Ces dernières années un défenseur de la bonne bouffe avait suscité une vive polémique pour son partenariat avec une enseigne de hard discount, tout comme plus récemment un célèbre humoriste fût fortement vilipendé sur la toile pour avoir prêté son image à une grande banque française. En ce moment, c’est semble-t-il au tour de la tête de proue d’un groupe de musique, figure emblématique du Rap français et des jeunes de subir la foudre de l’opinion. Il semblerait qu’il soit pris à parti sur les réseaux sociaux pour son clip pour une très célèbre boisson gazeuse à la marque rouge et blanche. Qu’est-ce qui peut expliquer ces mauvais accueils dans l’opinion ? Peut-on seulement attribuer cela a une erreur de casting dans le choix de la marque ou du produit pour lequel la star accepte de faire de la publicité ? Ou assiste-t-on à une tendance de rejet généralisé qui va aller en s’accentuant ?

Un choix de produit inadéquate par rapport aux valeurs intrinsèques de l'artiste

Il paraît au évident que cette mauvaise perception de l’opinion pour ces 3 cas citées précédemment, semble tout d'abord dû à un choix erroné de l’éthique du produit qui semble être en total décalage avec les valeurs d’idéal incarnées par ces personnalités. Difficile en effet par exemple pour le célèbre cuisinier amoureux des produits terroir qui s’est évertué pendant des années à fustiger la mal bouffe, et à jeter sur le plateau tv des saucisses industriels, d’apparaître tout à coup dans une publicité pour un hard discounter qui se positionne en terme de standing aux antipodes des valeurs défendues par ce dernier. Et pourtant comment expliquer que pendant si longtemps des sportifs de haut niveau, incarnant à travers leur performance le summum de la forme optimum sensé manger diététique, ont vanté les mérites de barre chocolatées très sucrées, bourrées de colorant sans que cela pose trop de problème en terme d’image. Pourquoi ce qui était toléré et même accepté dans l’opinion auparavant ne passe désormais plus ?

Le carré Uranus/Pluton a provoqué une remise en question et des changements radicaux de l'opinion.

Les temps ont bien changé, fini l'époque où Pluton (astre d'argent, de pouvoir) séjournait en Sagittaire (1995-2007) signe, de tolérance, mais aussi de l' ouverture, d'un idéal et d'une certaine candeur qui laissait entrevoir que grâce à la mondialisation, la liberté dans les échanges et la plus grande circulation des produits et des individus tout serait possible. Depuis ces espoirs pour une grande partie de la population ont été douchées, la crise est passée par là, et la crispation provoquée par le transit de Pluton en Capricorne en 2008, puis 3 ans plus tard son carré avec Uranus a transformé en profondeur notre société dans son rapport à la morale, l’argent et toute opération qui se rapporte de près ou de loin à un esprit de lucre. (voir mes autres articles pour les explications astrologiques plus pointues concernant le symbolisme planétaire). L’avènement de Neptune en 2012, astre de compassion, de spiritualité et de solidarité dans son domicile en Poisson, signe sensible à la souffrance d’autrui, a d’une certaine façon fait changer la nature de l’indignation sur la manière dont nos institutions ont géré nos vies, nos projets de société, et notre argent. La déferlante océanique neptunienne, inonde désormais toutes les strates de la société. Pas étonnant donc qu’après les politiques, les artistes, personnalités du monde de la musique (encore une symbolique Neptunienne) et autres célébrités soient désormais au moindre faux pas pris à parti par la population, via les réseaux sociaux.

Un désamour de certains artistes comparables à celui de l'opinion vis à vis de nos politiques

A cause de ces impairs la côte de popularité d'une star adulée au sommet de sa gloire, peut du jour au lendemain chuter et le faire sombrer dans la déprime. Ce désamour est encore plus prononcé quand certains artistes clament haut et fort rouler pour une personnalité politique en campagne électorale. On se souvient que l'affaissement de la côte de popularité dans les enquêtes d'opinion a entraîné dans sa chute. Il faut dire qu' avec la "peopolisation" des politiques et la plus grande porosité entre ces deux mondes provenant à l'origine d'univers opposé a fini par translater la défiance de l'opinion à l'égard du politique vers l'artiste. Il y a comme un amalgame et une confusion entre les deux genres.

Neptune perméabilise encore plus la barrière entre le système politique, oligarchique et star système

Les artistes et personnalités publiques de tout bord ont tendance à être mis dans le même sac à cause de la perméabilité et la confusion des genres. La symbolique neptunienne dissout d'avantage encore les dernières barrières existantes. S’installe ou en tout cas se renforce dans la tête du grand publique cette suspicion vis-à-vis de certaines célébrités du fait de leur appartenance réelle ou supposée au même creuset: « le système » comme on l’appelle qui englobe le fameux « Star système ». L’exemple récent le plus marquant de cette tendance c’est la dernière chanson des restos du cœur qui n'a pourtant rien avoir avec de la publicité, qui a suscité une très vive polémique sur son contenu et a enflammé la blogosphère pendant quelques jours. Alors que ce projet à la fois artistique et à vocation philanthropique lancé par le regretté Coluche en 1986 est l’incarnation d’une logique Neptunienne dans toute sa splendeur, faite de don de soi, de solidarité et d’humanité, semble soudainement remis en cause. Pourtant pendant de nombreuses années, et encore aujourd'hui l’engagement sincère de la grande majorité de ces artistes pour cette cause noble, chanter, récolter des fonds, pour donner à manger à ceux qui sont nécessiteux et qui ont faim est essentielle. C’est encore plus vrai avec au bas mot 11 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France.

Le cycle Saturne/Neptune radicalise les opinions et change la nature des attentes du peuple à l'égard des people en matière d'engagement pour lutter contre les injustices.

Le début cycle Saturne/Neptune au carré depuis le 24 décembre 2014, dans les signes justement humanitaire et idéaliste du Poisson radicalise les opinions et change la nature des attentes du peuple dans ce qui doit être fait en terme humanitaire. De plus le fait par ailleurs que la teneur de la chanson soit assez engagée, et délivrait un message sociétal pour ne pas dire politique a tout de suite été mal perçue ou en tout cas mal compris. C’est un peu comme-ci cet hymne venait d’une certaine manière accrédité le fantasme (imaginaire neptunien) dans l’esprit des gens que le charity business, c’est du business avant tout et que certains artistes font ça pour leur promotion personnelle, et qu’ils sont déconnectés de la réalité que vivent la plupart des français . Le concept de faire chanter jeunes face aux plus anciens, avec des messages invitant aux jeunes générations à se prendre en main passe mal.Pourtant les chanteurs se sont défendus quand à la valeur positive des paroles, et ont bien raison de souligner qu’ils sont nombreux à donner de leur temps, de leur énergie, ne sont pas logés dans des palaces pendant les tournées, pour redonner le sourire et de la dignité aux gens.

Pourquoi malgré la bonne foi de la majorité des artistes dans leurs engagements humanitaires parfois cela ne passe toujours pas?

Et pourtant malgré ces explications de bonne foi, ça ne passe toujours pas. Si le concept des restaurants du cœur est évidemment a vocation purement philanthropique, le fait que d’autres artistes complètement en marge du projet décident de continuer à associer leurs images parfois dorées à tous les symboles de l’impérialisme des multinationales et de tout un système responsable justement du marasme économique et social sans précédent qui frappe la France et de nombreux autres pays, l'amalgame est vite fait. La foudre des populations dérivent sur eux. Les critiques parfois trop sévères ne sont finalement qu'à la hauteur de l'affection portée par les fans, et finalement la désillusion vécue. C’est un peu comme ci Neptune symbole du peuple (et des marées humaines), mais aussi des musiciens et des artistes qui véhicule justement cette composante humanitaire était dénaturée et complètement galvaudée par une stratégie de cheval de Troie de la communication de ces firmes qui touchent a des symboles populaires très sensible, que sont ces artistes, qui font rêver des millions de personne.

La stratégie du cheval de Troie artiste variable d'ajustement d'un système pour légitimer et tenter de continuer à faire adhérer l'opinion publique à un projet de société avant tout consumériste qui ne respecte pas toujours l'humain et l'environnement.

C’est sans doute pour cette raison aussi que les artistes servent parfois de variable d’ajustement à certaines multinationales qui n'ont pas des comportements des plus exemplaires en matière de politique fiscale, salariale ou environnementale. Certains groupes de presse ou de médias étroitement connectés avec ces grandes entreprises, n'hésitent pas à jeter en pâture au public certaines célébrités qui tentent d’échapper à l’impôt par de l’optimisation fiscale comme dans l’affaire Swiss Leaks. Une stratégie qui crée forcément l'émoi dans l'opinion car cette grande part d'humanité de nombreux artistes sont proches du peuple, ont crée une relation intime avec certains fans, quand ils ne sont pas pour certain l'émanation d'elle à la suite d'une ascension fulgurante et spectaculaire. En réalité cette tactique est destinée à faire diversion, quand ce n'est pas semer la confusion dans l'esprit des gens, pour laisser le temps aux véritables dépositaires du système financier, économique pernicieux qui sont contrevenus aux règles dans des proportions bien supérieures de se réorganiser et changer leur fusil d’épaule pour conserver leurs acquis, leur avantages et continuer à tirer les ficelles de ce même système, qui va bientôt muter. C'est de bonne guerre que de laisser la vindicte populaire s’acharner sur ces artistes qui sont certes pour certains plus riches que la plupart des français. Mais quand bien même une partie de leur revenue serait planquée dans les paradis fiscaux, ce qui est bien évidemment condamnable quand ont voit que de nombreux français n'ont pas le choix de s'acquitter de l'impôt au prix fort, ces dérives ne sont en réalité qu’une goutte d’eau dans l’océan de l’évasion fiscale au pays des grandes multinationales des multimilliardaires. Dans le même temps, et paradoxalement, ces mêmes grandes firmes multinationales continuent à démarcher ces icônes, et ces symboles populaires très forts pour leur proposer des contrats mirobolants sur le plan publicitaire, pour cette fois non plu seulement chercher une communication positive, mais d'une manière indirecte de les corrompre avec eux et semer le doute dans la tête des gens. C'est une manière de dire à l'opinion, on a beau avoir de grands principes moraux, même les plus élevés, tout le monde à son prix pour enterrer ses valeurs.

Un Rappeur très populaire s'est fait piéger en associant son image à celle d'une boisson gazeuse très célèbre.

Si l’artiste est tout à fait libre de travailler avec cette multinationale et de toucher un énorme cachet car il doit après tout faire tourner sa boutique, retrouver son image, son talent artistique pour une icône du Hip Hop en France, une culture sensée être revendicatrice, contestataire contre le système, à cette compagnie de boisson sucrée qui représente tout le contraire, ne peut avoir un impact positive. Dans une lettre ouverte pour répondre à ses détracteurs il affirme que la somme sera intégralement rétrocédée à 4 associations caritatives. Est-ce que c’était prévu dès le départ ou a-t-il décidé de le faire pour éteindre l’incendie suite au taulé que cela a créé dans l’opinion ? Seul lui le sait. Même si l’artiste se défend avec vigueur de prendre au riche pour redistribuer au pauvre un peu à la robin des bois, il semblerait qu’il n’ait pas pris la mesure de l’impact dévastateur que cela pourrait avoir a sur son image jusqu’à présent dorée. Adhérer à ce type de projet, c'est désormais adhérer à ce système, et trahir les idéaux, et les rêves que les fans et le peuple ont porté en eux.

Le cycle Saturne/Neptune qui va durer 2 ans 1/2 va confirmer cette radicalisation de l'opinion contre l’injustice sociale et même environnementale.

Avec Neptune principe d’idéal humanitaire et le carré de Saturne principe de réalité que l’on soit politique, ou célébrité il ne s’agira pu de parader et de rassurer l’opinion par des effets d’annonce et une pseudo morale humaniste pour se donner bonne conscience sur sa qualité humaine dont on ne doute certainement pas chez la majorité des artistes. Il faut aujourd’hui avec Saturne planète intègre, pragmatique et réaliste prouver concrètement que l’on joint les paroles aux actes. Nous avons par ailleurs vu qu’en toile de fond Pluton en Capricorne toujours en vigueur fait ressuscitée toutes les responsabilités des malversations de cette oligarchie qui dirige le monde, prônant par le biais des politiques l’exemplarité alors qu’ensemble ils sont co-responsable de l'évasion fiscale. du gouffre nord-sud qui accentuent aujourd'hui encore d'avantage la fracture économique et sociale dans les pays occidentaux, déstructurent les économies locales de nombreux pays du tiers monde, détruit santé des gens et l'environnement. Cette stratégie de communication nous l’avons vu en préambule existante depuis 25 ans qui conciste justement à cibler des personnalités emblématiques Rappeurs, Humoristes, Sportifs, acteurs car ils sont des exemples pour des millions de jeunes et les faire adhérer à leur projet commercial leur image de marque par la pub pour capter des consommateurs, ne fonctionnera désormais plus. Elle aura tout au contraire tendance à créer la confusion et la désapprobation dans les populations. Il faut garder en effet à l’esprit que le début de la « célébrity Marketing » coincide avec l’avènement de Pluton astre d’argent de pouvoir, dans le signe libérale, festif et internationaliste du Sagittaire. Or cette dissonance Saturno-Neptunienne, qui concerne précisément l’axe Sagittaire-Poisson ne fera que remettre en cause cette période où l'insouciance était permis au nom du principe de liberté, et de tolérance.

La ligne de défense de renvoyer les consommateurs à leur contradictions une méthode à double tranchant.

Si la ligne de défense de ces célébrités est aussi de dire avec beaucoup d’amertume parfois que ceux qui les critiques sont les premiers à consommer des produits fabriqués par des enfants des pays émergeants ou du tiers monde dans des zones qui ne respectent ni norme sociale, environnementale et encore moins l’humain ; La tendance est en effet plutôt désormais à la consommation des produits issus d'un commerce plus équitable des pays du sud, et en circuit court pour les produits fabriqués en France pour le local. Cet argument est donc beaucoup moins recevable qu'avant, une nouvelle mouvance est en train de voir le jour qui permet au peuple de prendre conscience progressivement que le pouvoir ne réside plus totalement dans les urnes à cause du pouvoir politique travesti et complètement phagocyté par les puissants. Il réside désormais dans le pouvoir de consommer qui est un acte social et désormais politique.

Consommer c'est désormais voter

Une émission sur LCP avec Périco legasse traduit d’ailleurs cette nouvelle vague « Consommer c’est voter » ; Cette idée est très bien pensée, puisque si on imagine que des millions de personnes se mettent à consommer en majorité des produits qui respectent une éthique sanitaire, environnementale, économique sauf cas de force majeure économique, pratique car les infrastructures, le mode de vie, les revenus ne le permettent pas toujours, associée à d'autres actions de contestations populaires pacifistes ou des insurrections sur les réseaux sociaux en assaillant les services consommateurs de ces firmes, cela les obligera à moyen terme à modifier leur façon de produire. Ils ne le feront pas par humanité, philanthropie ou compassion, en tout cas pas tous sauf certains grands patrons citoyens qui fort heureusement existent et œuvrent sans qu'ils ne soient suffisamment mis en avant pour justement associer ces deux logiques faire du business en respectant certaines valeurs . Pour les autres entreprises moins respectueuses, c’est en voyant leur chiffre d’affaire baisser à la faveur de la concurrence qui elles respectent ces critères demandés par le consommateur qu'elles seront contraintes de changer leur politique commerciale si elle ne veulent pas perdre des parts de marché.; C’est en parlant leur langage celui de l'argent, que par la force des choses, ces sociétés seront obligées de réorienter leur stratégie marketing, en relocalisant par exemple leur production, en payant mieux payer leur salariés encore une fois pas pour faire jolie, mais parce que des millions de personnes n’achèteront plus produit qui ne respecte pas l’humain, les animaux, l’environnement.

L' initiative de consommer intelligemment est loin d'être vaine.

Ceux qui pensent que cette initiative est vaine, il existe déjà des résultats probants et significatifs sur certaines d'entre elles. Par exemple sur l'huile de palme où de nombreuses sociétés de l'industrie Agro-alimentaires ont anticipé ce mouvement de masse et ne mettent désormais plus dans leur recette ce composant néfaste pour nos artères et qui détruit dans le même temps l'un des poumons de notre planète. D'autres malheureusement continuent à se fourvoyer comme la célèbre pâte à tartiner, à utiliser cette huile en prétextant qu'elle est RSPO* pour confectionner leur produit. Ils n’hésitent pas à faire leur promotion pour faire passer la pilule sur un fond de musique joyeuse des Jackson Five.

L'argument de revenir à la bougie balayée d'un revers de la main

L’idée n’est pas de revenir à la bougie, comme le disent parfois de très mauvaise foi la fraction la plus rude des néo libéraux, et depuis un moment certains rappeurs qui se sont embourgeoisés. Il semble tout à fait possible que ceux qui dirigent le monde mettent tout en oeuvre pour allier modernité avec respect de l'humain et l'environnement. Il y a désormais une vraie urgence! Des figures emblématiques du monde des arts et de la culture l'ont compris très longtemps nous avons tout à l'heure parlé des enfoirés et restaurants du cœur (même si la chanson est à un moment donné mal passé au début) l’essentiel est de faire avancer la cause. Mathieu Kasovitz qu’on aime ou pas le personnage a récemment mené une action pour obliger les politiques à voter une loi contre le gaspillage alimentaire et que les denrées soient distribuées aux associations.

Conclusion:

Après avoir dit tout cela l’artiste est bien entendu libre de s'engager ou pas dans une action à vocation humanitaire. Si certains qualifieront parfois d’opportuniste pour leur image, il faut aussi se dire qu' il y aura c’est vrai toujours des personnes qui ne seront jamais satisfaites. S’ils le font le tout est de ne pas le faire par culpabilité parce qu’ils gagnent correctement leur vie. Le carré Saturne/Neptune qui sévit en ce moment dans notre ciel peut induire ou venir appuyer cette tendance. Il faut le faire parce que la fracture est de plus en plus insupportable entre le peuple et des très puissants avec les conséquences dramatiques que cela occasionne y compris en terme de conflit dans le monde. Il faut aussi éviter les procès d'intention sans connaître, les jalousies vis à vis de leur réussite. C'est vrai aussi qu'on on ne peut pas demander à un artiste ou une personnalité publique de supporter toute la misère du monde alors que c'est au politique de le faire normalement mais vu que la plupart d’entre eux ont dans le meilleur des cas démissionné et dans le pire sont préoccupés par leur réélections et à faire plaisir à ceux qui les ont fait élire, il ne reste plus que ces artistes, ces chanteurs, ces grands sportifs qui font encore rêver des millions de gens pour défendre la cause des sans dents des petites gens.

Commenter cet article